Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 20:31
TOUT CONTRE KRAMER

Oui ! Se pousser - "push up" - le plus près possible du 16ème étage, le sommet, plus près de toi mon dieu Kramer, PDG du siège de la multinationale à ton nom où je suis "cadre dynamite" ! Tel est le credo de chaque sportif/ve de haut niveau prêt à l'affrontement au corps à corps, sans merci, pour atteindre les hautes sphères du Pouvoir et du Profit.


C'est le leit motiv illustré par "Push Up", la pièce de l'Allemand  Roland Schimmelpfenig, un auteur qui commence à faire beaucoup parler de lui. C'est "the strangle for life" en trois récits où ambition rime avec compétition. Trois histoires se croisent au siège même d'une multinationale en pleine expansion. De nouvelles hautes fonctions dans de nouvelles succursales sont convoitées par les un/e/s et les autres. "Travailler plus pour gagner plus", n'est-ce pas… Pour consommer plus, surtout. Pour du bonheur en plus ? Là c'est moins sûr.

Combats de fauves dans la jungle

Nous sommes au cœur de la jungle, la vraie, celle qui n'a rien de Disneyland. La jungle moderne du travail en entreprise. La direction très "animale" des acteurs : attitudes d'attaque (surtout) et de défense, d'intimidation ou de parade, sans compter les "toc" engendrés par le stress, le surmenage (amenant au "burn out" ou "karoshi", syndrome d'épuisement par le travail) est remarquablement assumée par Jean-Michel Van Den Eeyden (assisté de Anne-Cécile Massoni). Comme, très récemment, un autre jeune metteur en scène, Thibaut Nève (voir écho à "Tripalium"), il s'est attaqué au milieu du travail en grosse entreprise par la création de "Pus Up" la saison dernière à Charleroi. Un seul, ou une seule, sera élue, un seul, ou une seule, fera le voyage, un seul des projets publicitaires de deux créatifs sera accepté. Ces combattants de luttes d'intérêts sont vus comme des fauves, avec sous leurs rugissements, des gémissements, sous le blindage, la fragilité, sous la parade, le vide d'existence.

Les trois duels se succèdent plutôt comme des soliloques que comme de vrais dialogues, personne n'écoutant réellement personne, animaux solitaires et réprimant les élans trop près du cœur. Tout en bas du bâtiment, et de l'échelle sociale, les pieds bien sur terre, il y a les gardiens de sécurité et du bon sens : Heinrich/Guiseppe Lonobile et Maria/Sylvie Merck, ces petites gens dont on s'approche d'abord de manière virtuelle puis que l'on verra à la fin apparaître en chair et en os, lucides et sereins, en exacts contrepoids à la rage ambiante. 
Les six lutteurs-comédiens ont parfaitement assimilé les intentions de mise en scène, dans une parfaite homogénéité, chacun gardant une personnalité forte: Angelika/Nathalie Cornet et Sabine/Sabine Weisshaar, Patricia/Yannick Duret et Robert/Rosario Amedeo, Hans/Renaud Cagna et Frank/Nicolas Mispelaere.

Cette mise en scène rejetant tout réalisme, s'apparente à de la chorégraphie ou de la manipulation de pantins mais ces êtres à peine vivants encore ne sont-ils pas devenus des robots, des machines ? Tous sont en scène en permanence, soit au milieu, sur une sorte de podium pentu pour défilé de mode quand il s'agit de "leur match", soit sur les côtés, où loin d'attendre passivement leur tour, ils se livrent physiquement à leurs pensées secrètes où à des moments de vie privée. C'est un choc, et la découverte d'un style propre à Jean-Michel Van den Eeyden (dont c'est seulement la deuxième mise en scène), avec le soutien d'une scénographie appropriée d'Anne Guilleray.

Suzane VANINA (Bruxelles)
 
Texte : "Push Up" de Roland Schimmelpfennig/éditée chez l'Arche dans la traduction de Henri-Alexis Baatsch
Dramaturgie : Olivier Hespel
Mise en scène : Jean-Michel Van den Eeyden assisté de la chorégraphe Anne-Cécile Massoni- Scénographie, costumes : Anne Guilleray
Interprétation : Rosario Amadeo, Renaud Cagna, Nathalie Cornet, Yannick Duret, Guiseppe Lonobile, Sylvie Merck, Nicolas Mispelaere, Sabrine Weisshaar
Création vidéo : Kurt d'Haeseleer
Lumière : Xavier Lauwers
Musique originale : Olivier Bilquin, Nicolas Mispelaere – additionnelle : Susheela Raman, Rage Against the Machine, Venus.
 
Une coproduction Kollectif Cie Barakha/CD.manège.mons/CECN/
Au Théâtre Varia du 15 au 26.4.2008 (Me, 19 h 30)- Tél +32(0)2.640.82.58- www.varia.be
 
Crédits Photos © Véronique Vercheval

Partager cet article

Repost 0
Published by Suzane VANINA - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche