Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

8 mai 2008 4 08 /05 /mai /2008 20:53
PRELUDE A LA DECADENCE

Pas de cantatrice ici, encore moins de chanteuse chauve, mais quatre pseudo starlettes de la bourgeoisie londonienne qui suffisent à faire le show. La Cantatrice chauve est un bijou d’absurdité auquel le metteur en scène Daniel Benoin n’a pas  eu peur d’ajouter son grain de fantaisie, quitte à nous laisser cois. Alors prenez place sans vous poser trop de questions !


Pour cette aventure théâtrale, Daniel Benoin s’est entouré d’une belle pléiade d’acteurs taillés sur mesure pour ces figures anglaises symptomatiques : Christine Boisson et Paul Chariéras, en M. et Mme Smith aussi riches qu’outrecuidants ; Eva Darlan et Eric Prat, les époux Martin, qui les égalent en maniérisme et ridicule. Les premiers reçoivent les seconds autour d’une table où le champagne coule à flots, servis par une bonne, dressée comme le plus fidèle des animaux de compagnie. Alors que les hôtes et leurs convives tentent, à coups de crispations faciales, de se plier avec naturel au comportement mondain de leur condition, l’arrivée soudaine du capitaine des pompiers desserre la bride du carcan bourgeois et précipite la représentation dans des tribulations insensées et délirantes jusqu’à la déstructuration finale du langage. La pièce semble alors perdre toute structure avec des comportements émiettés, des réflexions décomposées et des situations grotesques qui ont donné son nom au “Théâtre de l’absurde”.


Daniel Benoin saupoudre cette confusion généralisée d’un brin d'extravagance, d’un soupçon de caricature et d’une bonne dose de modernité en transposant les personnages de Ionesco dans un univers de luxe aseptisé où les nouvelles technologies envahissent le quotidien, où toute attitude est minutieusement contrôlée, où le paraître devient le maître mot de cette “jet set” qui ne cesse de prendre la pause. Rien n’arrête le metteur en scène dont les propositions peuvent surprendre, déconcerter, voire déplaire mais dont l’insidieuse liberté ne pouvait qu’être autorisée et appuyée par l’œuvre d’un auteur maître de l'absurdité. De séquences aux allures de show télévisé à la parodie du clan mafieux, des mièvres jeux conjugaux aux attitudes enfantines, Daniel Benoin appuie le paradoxe et le contraste entre les fastes apparences et la décadence explosive où les personnages s’en donnent à cœur joie entre allusions sexuelles graveleuses, champagne à gogo et goût pour les substances illicites. Mais l’on aurait tort de s’en tenir à l’appréciation d’un pur délire de “théâtreux”, derrière lequel se cache en fait une troublante et inquiétante banalité, un dérèglement né des situations les plus anodines. En nous invitant à nous en étonner, Ionesco nous rend du même coup ceux-ci plus familiers.

Une pièce insensée ?

Benoin s’amuse avec la notion d'absurdité plaçant, en ouverture, un montage vidéo où les propos d’un Ionesco sur la peine de mort contrastent de sens et de sérieux avec la parole vide d’une chanteuse et d’un joueur de foot, avant de nous montrer, dans le reste de la pièce, la face ridicule de ce même Ionesco. La frontière entre sens et non-sens, normalité et pathologie, devient floue et pourrait ne relever finalement que d’une affaire de contexte, de perception personnelle. Ainsi, ceux qui sont prêts à dépasser les limites d’un monde prétendument sensé ne perdront pas l’occasion de se réjouir de cette incongruité, de rire de ce comique qui “n'est comique que s'il est un peu effrayant” disait l’auteur. Et à y bien regarder, ce ne sont peut-être pas les propos de l’auteur qui manquent de signification, ni la transcription scénique de Daniel Benoin qui est absurde, mais bien le monde dans lequel nous vivons. Et dans ce cas là, tout est permis !

Anne CARRON (Lyon)

La Cantatrice chauve, d’Eugène Ionesco
Mise en scène de Daniel Benoin

Avec Paul Chariéras, Christine Boisson, Eric Prat, Eva Darlan, Frédéric de Goldfiem, Raluca Paun
Décor de Jean-Pierre Laporte
Costumes de Nathalie Bérard-Benoin
Création vidéo de Benoît Galera

Du 3 au 7 mai 2008 au Théâtre de la Croix-Rousse, Place Joannès Ambre 69317 Lyon Cedex 04
Tél :  04 72 07 49 49 / www.croix-rousse.com

Photo © Fraicher-Matthey 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne CARRON - dans En Région 2007-08
commenter cet article

commentaires

evadarlanblog 09/05/2008 08:50

Une belle mise en scène, de beaux décors et de beux costumes le tout donnant au texte un véritable sens ! Tout semble avoir été écrit aujourd'hui pour dénoncer les travers de notre société.Mais l'essentiel reste le rire, emmené par une belle distribution, Eva Darlan, Eric Prat en tête!

Chronique Fraîche