Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 23:21
FAUT RIGOLER, AVANT QU’SHAKESPEARE NOUS TOMBE SUR LA TÊTE !

Peut-on se fendre la poire à une pièce de Shakespeare ? La question est lancée. A part Songe d’une nuit d’été, on ne peut pas dire que le grand dramaturge fasse se taper sur la cuisse tout un parterre. D’habitude, on célèbre plutôt le parricide, la passion qui tourne au vitriol, au point que le sang dégouline abondamment de la scène. Pourtant, la Compagnie Philipe Person a le goût du risque. En effet, elle a décidé de prendre à contre-pied Beaucoup de Bruit pour Rien, réduisant sa durée à 1h 15 mais aussi en la présentant sous un angle optimiste. Les amateurs de nouveautés aimeront découvrir cette curiosité tandis que les shakespeariens purs et durs auront envie de se jeter des falaises d’Elseneur…


Un couple promis l’un à l’autre, Hero et Claudio. Une tante un peu vieille fille ne jurant que par les bienfaits du célibat, Béatrice. Un semblable traitant de niais ceux qui tombent dans les pièges de l’amour, Benedict. Un chef de famille bon et loyal, Leonato trahi par la servante de la famille, Marguerite, pour l’amour de son frère ennemi, Dom Juan. L’intrigue est là. On ne vous en dit pas plus, la pièce dure le temps d’un songe… Ainsi, le désir de simplicité a guidé la troupe. Pas de discours inutile, pas d’états d’âmes à s’en fendre le cœur, de l’action, beaucoup d’action, rien que de l’action … et du rire…

Dans cette adaptation, pas de lourdes robes de velours, point de pourpoint, point d’épée, foin de brocard. On a dépoussiéré tout ça, transposant Shakespeare dans les années 50. Avec la Compagnie Person, on s'aime sur du Love Me Tender, on soupire en jupon happy fifties, les chevaliers sont des G.I, on boit du coca à la paille, on espionne dans des bergères pop et on danse le mambo. Point fort de la mise en scène : faire du personnage du sombre Dom Juan un shérif en Ray-ban, façon film glauque made in America, sur fond de B.O western. Ici, Beaucoup de bruit pour rien est réduite à sa plus simple acception. Une histoire aussi enlevée qu'un tour de hula hop, un texte écumé à l'essentiel, il faut s’accrocher car cela va aussi vite qu'un coup de peigne glissant dans les cheveux gominés de Fonzie.

Le risque du parti pris


Mené avec un entrain indéniable de la part des comédiens, la force comique fait son effet sur le public qui se prend au jeu. Couple phare de la pièce, un Benedict interprété de façon décalée avec talent et Béatrice, un brin d'Arletty, sont de véritables boute-en-train.

Mais le risque de ce parti pris centré sur le comique est d’enlever la substance de la pièce et surtout de minimiser l'effet dramatique des scènes. Conséquence, le public part dans une franche rigolade lorsqu'il est confronté au drame shakespearien, encore pris dans cette agitation qui fait pop de partout. Or, ce rire déplacé arrive comme un cheveu sur la soupe. Vite enlevé, vite ressuscitée, Hero bat le record de Pascal Sevran sur Europe I. Un, deux, trois : pattes en l'air ! Le drame n'a pas le temps de s'installer, le remords entame à peine son chemin de croix, pouf ! C’est la fête, on se remue sur du tcha-tchatcha ! Tout est pardonné, vite, vite !!! L'ensemble paraît peu plausible, mais on rigole, ça marche ! Qu'aurait pensé ce noble Williams ? Se serait-il étranglé avec son pudding ? Aurait-il suivi le mouvement, en applaudissant d'un "great" approbateur, prenant à son tour des cours de hula hop ? Difficile d’apporter une réponse. En attendant, que faut-il faire ? Ben, comme disait ce cher Henri Salvador, faut rigoler !

Marie-Pierre CREON (Paris)

Beaucoup de Bruit pour rien (Paris)
Texte : William Shakespeare adapté librement par Philippe Honoré
Interprétation: Anne Priol, Caroline Victoria, Sylvie Van Cleven, Emmanuel Barrouyer, Michel Baladi, Olivier Guilbert
Mis en scène Philippe Person
Lumière: Alexandre Dujardin
Régie : Dan
Décor : Vincent Blot
Costumes: Emmanuel Barrouyer, Anne Priol

Location : A partir du 30 Avril au 21 Mai 2008. Du Mardi au samedi au Lucernaire à 20 h, 53 rue Notre-Dame des Champs, 75 006 Paris. Métro : Notre-Dame des Champs / Montparnasse Bienvenue. Renseignements : http://www.lucernaire.fr ou au  01-45-44-57-34.



Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-Pierre CRÉON - dans À Paris 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche