Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 23:07
GROSSE CAISSE, FAIBLE RÉSONANCE

Mêlant avec une certaine habileté un peu tous les genres, théâtre, danse et music-hall, « Monique est demandée caisse 12 » convoque quelques stars sur le retour à la solde de Raphaël Mezrahi, auteur et interprète de ce spectacle. Le comédien s’en sort ; honorablement. L’auteur, beaucoup moins.

L’effervescence est à son comble dans le supermarché. Jean Réno est annoncé pour faire l’inauguration d’un tout  nouveau concept : les étalages à roulettes, faciles à changer de place et à perdre les clients qui du coup passent plus de temps sur place et donc consomment davantage. C’est un peu le « bouger plus pour faire dépenser plus ». Chacun est à son poste : la poissonnière, le boucher, l’assistant de surface, le directeur et bien sûr la caissière du titre, Monique, déprimée, émotive, suicidaire… « Léon » ne viendra pas. C’est la « Grande Duduche », Danielle Gilbert, qui est appelée à la rescousse. Tout ça, commenté par télévision interposée par le conteur sachant conter : Pierre Bellemare.


Raphaël Mezrahi, l’ancien trublion de Canal + qui s’est rendu célèbre avec des interviews volontairement foireuses, reconnaît : « Je me sens bien sur une scène et je me sens aussi très très bien dans les supermarchés. Alors pourquoi ne pas fusionner les deux ? ». Fort de cette double aisance, il a donc concocté cette délirante pièce qui ressemble effectivement un peu au caddie après déambulation dans les étals d’un supermarché : on y trouve pêle-mêle un peu de tout. Ici, ça chante, ça patine, ça danse, ça joue du piano, ça joue tout court… Spectacle aux multiples facettes, « Monique est demandée caisse 12 » détient tous les ingrédients pour séduire.

Une mise en scène énergique


En terme de mise en scène, il faut reconnaître que l’ensemble tient assez bien la route. Les chansons sont amenées avec pertinence et confèrent à l’ensemble un rythme soutenu ainsi qu’une drôlerie constante par l’absurdité des textes. Les comédiens s’en sortent également très bien, notamment le très charismatique Arnaud Tsamere, aussi à l’aise en patin à roulettes que sans, dans le chant que le jeu. C’est avec plaisir que l’on également retrouve Dany en poissonnière et Danielle Gilbert qui ne manque vraiment ni d’humour ni d’autodérision.

Mais à ce concert de louanges, force est de constater que le gros bémol provient d’un texte assez indigent et maladroit. Ce ballet délirant et orchestré avec une précision métronomique ne parvient pas à convaincre pleinement. La présence de Laurent Baffie comme collaborateur à l’écriture ne doit pas arranger les choses, la finesse n’ayant jamais été son principal apanage. Et malgré toute cette bonne volonté, le délire qui s’orchestre sur scène peine à franchir le pas pour venir animer la salle et seules les interventions de Pierre Bellemare par téléviseur interposé déclenchent vraiment l’hilarité. C’est dommage car certaines surprises sont bonnes (l’entrée du spectateur dans la salle, la première chanson et surtout le final) et le sujet se prêtait vraiment à quelque chose de plus drôle.

Franck BORTELLE (Paris)

Monique est demandée caisse 12
Ecrit par Raphaël Mezrahi avec la participation de Amanda Sthers et Laurent Baffie
Mise en scène : Philippe Sohier

Avec Dani, Jean-François Gallotte, Danièle Gilbert, Raphaël Mezrahi, Nicole Monestier, Arnaud Tsamere, Fanny Valette, Pierre Bellemare sur les écrans et les musiciens Mathilde Febrer et Xavier Eymeric

Arrangements musicaux : Jean-Michel Kajdan

Théâtre du Rond-Point, salle Tardieu, 2bis Avenue Franklin D.Roosevelt, 75008 Paris
Métro : Franklin Roosevelt ou Champs-Elysées Clémenceau ; Parking : 18 av. des Champs-Elysées
Du 14 mai au 15 juin à 18h30 (relâche les lundis et les dimanches 18 mai et 8 juin)
Réservations au 01 44 95 98 21, au 0 892 701 603 (0,34 euros/min) et sur www.theatredurondpoint.fr
Durée : 1h20

Photo : Brigitte Enguerrand




Partager cet article

Repost 0
Published by Franck BORTELLE - dans À Paris 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche