Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 23:34
FUREUR HIP-HOP DESTRUCTUREE

Bruits de la rue en guise de bande son, lumière crue et blanche, scène nue. Le plateau de la Hau2 à Berlin ne fait pas dans le maniérisme. Par deux, trois, les danseurs de la Cie Grupo de Rua de Niterói entrent sur la plateau épuré. Jeans, Tshirts amples, baskets, le style hip-hop est là. Mais le geste est singulier, détourné, fluide et saccadé à la fois.

« Le hip-hop a mis sur orbite un vocabulaire riche et innovant. Il nous faut maintenant mettre le hip hop en crise. En distanciant et disséquant son vocabulaire, on peut découvrir de nouvelles esthétiques » Tel est le postulat du jeune chorégraphe brésilien Bruno Beltrão, venu présenter sa toute nouvelle pièce « H3 », en ouverture du festival brésilien "Brasil em Cena 2008" (du 22 au 31 mai) organisé par le théâtre Hebbel am Ufer. Avec ses neuf danseurs, il y déroule son vocabulaire hip-hop si particulier, en détourne les codes, façonne des pas inédits à partir d’un moule commun, la street dance. Bruno Beltrão n'a pas trente ans et déjà quinze ans de bagage dans le paysage hip-hop. Le geste contemporain est venu après. Aujourd’hui il a conquis les scènes du monde entier mais continue de considérer sa troupe comme un outil d’émancipation sociale.

Fluidité explosive

Ce qui frappe avant tout avec « H3 », c'est la formidable énergie qui s'en dégage. Pendant une heure le flot de mouvements est incessant, intense. En usant et abusant des trajectoires rapides et mouvantes, Bruno Beltrão construit une carte complexe, redécoupe l'espace scénique brut. C’est à reculons qu’ils courent la plupart du temps, bousculant les perspectives des corps, et le rapport frontal au public. Cette façon de faire et défaire les groupes dans une fluidité permanente n’est pas sans rappeler les trajectoires plus douces de « Rain », une pièce de la chorégraphe flamande Anna Teresa de Keersmaeker.


Les neuf danseurs de H3 ont des airs d'adolescents, un peu gauches, un peu nonchalants. Sauf quand ils dansent. On leur envie cette énergie domptée, cette détente de félin, ces arabesques mâles. Dans le silence concentré de la salle on peut entendre l'air siffler à leurs mouvements de bras. Duos, trios, viennent bousculer la culture solo du hip-hop. Les danseurs d'affrontent, se frôlent, se caressent même parfois. La capoeira n'est jamais très loin, dans ce dialogue des corps sans contacts. Les danseurs de Beltrão savent parfaitement canaliser leur énergie. La danse hip hop demande virtuosité et puissance physique. Ils la possèdent. Avec ce supplément de maîtrise qui leur permet d’arrêt net un mouvement, de casser le rituel, de jouer des déséquilibres. L’ensemble est explosif, rigoureux.

La danse défendue par Bruno Beltrão depuis plus de dix ans est aussi atypique et puissante que son parcours. Danseur dans les clubs de Rio de Janeiro depuis l’âge de treize ans, il s’est tout d’abord fait connaître dans le milieu hip-hop. A 16 ans il fonde sa première compagnie, à 20 ans il s’intéresse à la danse contemporaine et l’histoire de l’art, à 22 ans il fait l’unanimité sur les scènes internationales et se plonge dans des études de philosophie. Son « H3 », présenté jusqu’à la fin de la semaine à Berlin, bouscule une fois de plus le jeu des catégories. Loin de s’arrêter à une déconstruction du langage hip-hop, il propose une véritable écriture chorégraphique inédite. 

Stéphanie PICHON (Berlin)

H3 (ó u fré do São raund)

Direction et chorégraphie : Bruno Beltrão
Assistant : Ugo Alexandre
Avec : Bruno Duarte, Bruno Williams, Charlie Felix, Danilo Pereira, Eduardo Hermanson, Filipi de Moraes, Kristiano Gonçalves, Luiz Claudio Souza
Production : Grupo de Rua de Niterói (Rio de Janeiro)
Coproduction : Festival d’automne à Paris/Ferme du Buisson (Marne la Vallée), Grand Théâtre de Luxembourg, International Arts Festival, Salamanca 2008-Junta de Castilla y Léon, KunstenFestivaldesArts en collaboration avec Hebbel Am Ufer (Berlin).

Du 22 au 24 mai à Berlin, 20h, Hau 2, Theater Hebbel am Ufer, Berlin Kreuzberg. Au Grand Théâtre de Luxembourg les 18 et 19 juin. Présenté à Paris lors du prochain festival d’automne.

Photo ©MuTphoto/Barbara Braun



Partager cet article

Repost 0
Published by Stéphanie PICHON - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche