Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 11:01
CREATIF ET DECALE

Dans une mise en scène résolument moderne et décalée, Stefan Pucher revisite avec humour et dérision les luttes de pouvoir que se livrent les différents personnages en mal de reconnaissance de « La Tempête » (« Der Sturm ») de Shakespeare.

La pièce commence tel un film. Un écran projette une mer infinie, puis le naufrage d'un bateau, tourné avec une petite caméra numérique et façon « making of ». On voit les comédiens se prendre des sauts d’eau sur la tête et simuler la panique dans un décor précaire d'embarcation. Avec beaucoup d’humour, le metteur en scène respecte pourtant fidèlement le texte de Shakespeare, écrit en 1611.

« La Tempête » commence par le naufrage du roi de Naples, Alonso, et de son fils. Ce déchaînement de la mer est orchestré par Prospero, ancien duc de Milan exilé de force par Alonso, son frère. Il vit depuis sur une île déserte avec sa fille. Magicien, il a appris à dominer les forces de la nature et en particulier Ariel, esprit positif du vent et du souffle de vent, et Caliban, esprit négatif symbolisant la terre, la violence et la mort. Il s’appuie sur eux pour se venger et régler ses comptes. Cette confrontation sur l’île sera finalement, après de multiples rebondissements, l'occasion pour les deux frères de se retrouver et de se pardonner.

Le recours à l'irréel pour Shakespeare est notamment l'occasion de susciter une réflexion sur le pouvoir et son exercice. Ainsi l'esprit Caliban, entièrement soumis à Prospero, est prêt à toutes les trahisons pour retrouver sa liberté. Miranda, fille unique, souffre elle aussi de l'excessive emprise paternelle. L'usage de la vidéo, dont le metteur en scène n'abuse pas, symbolise la surveillance de Prospero, qui sait tout de ce qu'il se passe sur son île. La comédienne qui campe le personnage, Hildegard Schmahl, 68 ans, arbore d’ailleurs un oeil de verre pour la pièce. Il symbolise à la fois un regard différent et le don d’ubiquité.

Un décor soigné

Dans un décor moderne et soigné, posé sur scène tel un immense livre, dont les pages se tournent en fonction des changements de situation, le metteur en scène Stefan Pucher, tourne en dérision les luttes de pouvoir que se livrent les différents protagonistes coincés sur cette île déserte. Les scènes où Trinculo et Stephano, clowns ivrognes de Shakespeare, complotent pour usurper le pouvoir à Prospero, sont parmi les meilleures. Jouant sur leur différence de taille, sur des costumes et accessoires anachroniques, sur des démarches inattendues, les deux comédiens forment un duo de « Laurel et Hardy » très drôle.

Créée à Münich, par le München Kammerspiele, « Der Sturm » vient d’être jouée au festival de théâtre de Berlin, qui sélectionne les pièces les plus remarquées de l'année par leur mise en scène. Stefan Pucher, 43 ans, qualifié de « metteur en scène pop » par le quotidien « Frankfurter Allgemeine Zeitung », a été élu metteur en scène de l'année en 2005. Il présente actuellement une autre pièce a Berlin, « M – Eine Stadt sucht einen Mörder », au Gorki Theater, dont Fritz Lang réalisa le chef d’œuvre que tout le monde connaît.

Marie MASI (Berlin)


„Der Sturm“
Texte : William Shakespeare
Mise en scène : Stefan Pucher
Inteprétation : Hildegard Schmahl, Wolfgang Pregler, Katharina Schubert, etc.

Prochaines représentations :
A Münich, au München Kammerspiele, le 25 mai et 10 juin 2008. (www.muenchner-kammerspiele.de)
Sur la chaîne TV ZDFtheaterkanal, les 7,12,17 et 22 juin 2008.


Partager cet article

Repost 0
Published by Marie MASI - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche