Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 10:17
Sous-titré « Carnets de création théâtrale », ce livre présente deux aspects. D’abord un récit reportage sur la vie quotidienne à l’intérieur du Vietnam et du Cambodge, avec ses difficultés économiques, ses mentalités différentes des nôtres, son régime autoritaire hérité du communisme de jadis. Ensuite, le cheminement des membres de la troupe belge Croquemitaine, venus sur place pour former des comédiens, jouer un spectacle de conscientisation, prendre des contacts afin d’organiser un échange de compagnies entre Asie et Europe via notamment des ONG.

Organiser un tel projet suppose un parcours complexe depuis les institutions officielles européennes afin d’avoir des subventions, en passant par les démarches en vue d’obtenir des visas auprès des ambassades tant pour les comédiens belges en partance que pour les autochtones invités à une tournée chez nous. Ce qui prend des mois, sans garantie de réussite.

Pour se produire en public là où il est d’usage « d’accepter l’ordre établi comme étant celui qui doit exister », il est nécessaire d’avoir l’aval de la censure locale, qui a des idées bien arrêtées concernant ce qui peut être montré et ce qui ne le peut. Pas question, par exemple, d’une fin d’allure pessimiste ; au contraire tout se terminera bien… avec l’aide du parti. Pas question non plus de critiquer Hõ Chí Minh, idole toujours vénérée ; ni de se servir du drapeau rouge pour en donner une image négative, même entre les mains de personnages représentant des ennemis du régime.

Il convient donc de trouver des astuces afin de déjouer les pièges de la bureaucratie mesquine, puisque « les staliniens ont toujours eu le sens de l’ubuesque ». Ainsi, une scène finale montrant les ravages du néolibéralisme sera-t-elle déplacée en prologue, la suite n’étant qu’un flash back permanent. Par ailleurs, jouer dans l’arrière pays suppose des déplacements fréquents, notamment en barque, d’où réduction des décors à leur expression la plus simple. 

Il est nécessaire de trouver des équivalents de signes scéniques différents des nôtres. Ainsi, les corn flakes inconnus au Vietnam doivent faire place au riz. Les tabous de la sexualité ne peuvent être évoqués que nimbés d’une morale sans défaut. Au surplus, difficile d’aborder certains sujets comme la prostitution ou la pédophilie, car « dans ce pays, ce qui est interdit ne peut exister, donc n’existe pas. »  Les réactions du public doivent être canalisées, dans la mesure où, parfois, des spectateurs viennent prendre parti verbalement pour ou contre un personnage durant la représentation.

Résultat : « Plutôt que de faire un théâtre pauvre, faisons un théâtre de l’économie. Économie du signe, de l’accessoire, du costume, du décor, et, pourquoi pas, du texte ». Ce qui permet, là comme ici, de toucher des publics jamais concernés par le théâtre de vivre des spectacles qui sont en même temps des outils de réflexion sur la réalité. Tel est le plaidoyer de Solbreux face à la culture institutionnalisée.

Michel VOITURIER

Marcel Solbreux, « Marchandise Chair Viêtnam-Cambodge 2003/2006 », Cuesmes, Le Cerisier, 238 p. (12,80 €)

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans Côté Livres & DVD
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche