Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 10:37
FARCES POUR FÉMINISTES FÉROCES

Franca Rame et Dario Fo ont beaucoup écrit ensemble. Stuart Seide met en scène trois comédies grinçantes où la femme se libère des oppressions machistes, instruit à charge contre une société d’êtres considérés comme objets.


Le monologue d’Alice au pays sans merveilles est devenu trio vocal. Parodie du conte de Lewis Carroll, ce texte dérive tout au long de l’interminable descente du personnage à travers les travers de notre époque. Défilent alors les acquis de mai 68 qui ne furent pas tous faciles à obtenir et qui ne sont pas tous évidents, même aujourd’hui : libération de la femme, acceptation de l’homosexualité, égalité au sein du couple, émancipation des désirs… Portés par une musique planante, épicés d’allusions aux stéréotypes véhiculés par la tradition, les mots confrontent l’idéal et la réalité.


Les trois comédiennes en tenues fluo (qu’on reverra épisodiquement durant tout le spectacle comme accessoiristes, machinistes, témoins) réalisent un travail corporel dynamique. Les voix, même si parfois dans les aigus les sons dérapent, passent en revue des registres composites. La fusion du vocal et du gestuel crée un élan drôle autant qu’affriolant.

Avec Je rentre à la maison apparaît mieux l’ambiguïté d’une bonne partie du théâtre de Fo qui appartient à une volonté de conscientisation sociétale progressiste mais, qui, usant et quelquefois abusant des ficelles du boulevard, vire vers le caricatural au détriment de la critique politique. Stuart Seide a souligné le fait en plaçant en situation de travesti la protagoniste de ce monologue, mère de famille qui trompe son mari avec un homo bisexuel.

Certes, les éléments sont justes : usure du couple, routine conjugale, machisme des maris, esclavage ménager, fantasmes castrés… Tous composants de l’existence d’une majorité de femmes. Mais le retour au bercail après une fugue impulsive tient plus d’une résignation face à l’ordre établi qu’à une révolte salutaire. Sébastien Amblard réussit là une composition sobre et teintée d’une nostalgie subtile.

Le morceau de bravoure, Couple ouvert à deux battants, a été attribué à Caroline Mounier (à la verve gouailleuse à la fois canaille et caustique) et à Jonathan Heckel (à la désinvolture prête à éclater en violence). Très différente de la version de Véronique Dumont qui se déroulait dans… une cuvette de WC, (http://www.ruedutheatre.info/article-12369701.html ), celle-ci utilise une mobilité de plateau au moyen d’accessoires et de décors sans cesse en déplacement. Elle ne gomme en rien la forme vaudevillesque de la farce. Au contraire.

La réticence de l’épouse à pratiquer l’amour libre vers quoi la pousse un époux volage afin de se donner bonne conscience n’évite guère les poncifs. Sans doute une bonne part des répliques est venimeuse ; sans doute l’opposition entre mauvaise foi hypocrite et spontanéité sincère crée les tensions utiles au comique de la situation. Reste un plaidoyer en faveur du respect amoureux de l’autre, une optique prenant pour cible le mâle prédateur par égoïsme, plaidoyer atténué par une écriture rappelant trop les moments sans surprise de « Au théâtre ce soir » à la télé. Sauf un ou deux brefs instants savoureux de mise en abîme.

Michel VOITURIER (Lille)

Au Théâtre du Nord à Lille du 29 mai au 12 juin ( www.theatredunord.fr )

Texte : Dario Fo, Franca Rame (« Récits de femmes », Dramaturgie Éditions)
Traduction  : Valeria Tasca
Mise en scène : Stuart Seide
Assistante à la mise en scène : Justine Wanin
Distribution : Chloé André, Anne Frèches, Anna Lien (Alice) ; Sébastien Amblard (Je rentre à la maison) ; Jonathan Heckel, Caroline Mounier (Couple ouvert )
Scénographie : Philippe Marioge
Costumes : Fabienne Varoutsikos
Son : Marc Bretonnière
Lumières : Bernard Plançon
Maquillages : Catherine Nicolas
Mouvement : Yano Iatridès
                   
Production : Théâtre du Nord

Photo © Pidz

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Région 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche