Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 10:05
UN JARDIN DES DELICES

"Taman Sari", traduisez littéralement « le jardin des délices », se compose d’une quarantaine d'artistes originaires de Java et de Bali, autour du théâtre masqué, de rituels, de danses de rue et de palais. Ce déambulatoire célèbre l’Indonésie en dix tableaux imaginés et mis en scène par Daniel Bedos, directeur du Printemps des comédiens

Et autant dire que pour la 22ème édition du festival, Daniel Bedos a choisi le ciel comme source d’inspiration, car c’est à lui que la tradition indonésienne attribue les origines des arts que sont la danse, le théâtre, les marionnettes ou la musique, les considérant donc comme un don des Dieux. Sans doute cette approche donne-t-elle d’emblée un côté sacré et légendaire à l’expression artistique contemporaine indonésienne, elle-même issue de siècles de croyances.


Du passage du temps, du cycle de la vie, du bien et du mal et de ses luttes persistantes à travers les âges, il est ici question. Les danses chaloupées pour certaines ancrées dans la culture bouddhiste conservent tout de la grâce à la sagesse. Les luttes entre le Râmâyana et le Mahâbhârata, sont ici explorées dans un jardin qui a bien des égards pourrait ressembler à un Eden, empli de symboles, de douces frayeurs et de questionnements incessants sur l’essence des êtres et des choses.

« Taman Sari » vient éclore deux heures durant tous ses parfums, répandre ses fragrances mystiques et ses sens cachés qu’un public étonné cherche à percer de ses questionnements. Un seul regard ne suffit pourtant pas à dénicher tous les messages et les drames que retracent en duo mouvements et sonorités aux échos si particuliers. Outre l’histoire des familles royales et nobles originaires de Bali, lesquelles nous sont contées dans une sorte de bal masqué ; « la danse des gardiennes du palais » rappelle à nos mémoires qu’un pays se compose avant tout de coutumes si propices à nouer le dialogue entre les cultures. Si la vénération de déesses tient pour nos sociétés occidentales du rêve ou de la mythologie, il est une danse exécutée par sept danseuses pour un hommage à Saraswati, déesse de la beauté et de la connaissance, gardienne de la sagesse et des arts, qui dévoile un raffinement quant à lui bien perceptible.

Dans ce jardin des délices, véritable voyage sensoriel et sensible, des animaux mythologiques viennent faire leurs parades accoutrés de plumes de paon et de masques de lion. En dix tableaux, la grâce des danseuses et danseurs se plient au jeu des courbures avec finesse et doigté. Au-delà du combat entre le Géant Cakil, personnage maléfique et le singe blanc, maligne et  victorieux, « la danse des oiseaux du paradis » ouvre au public la saison des amours.


Un doux enchantement

D’ailleurs entre amour et désamour, le public ne s’y trompe pas. Difficile de ne pas aimer les parades, ornements de cuir, d’or et de matières si joliment tissés. Impossible de ne pas être intrigué par la beauté de personnages colorés accompagnés d’animaux drôles et délurés. Si rituels et transes résonnent à nos oreilles et à nos corps endormis, il reste parfois difficile pour un non initié de comprendre pleinement ce théâtre de cérémonie enraciné dans la tradition. Si un seul mot devait être prononcé cependant, il serait : « magie ». Encore une fois, Daniel Bedos transporte son public vers des contrées lointaines, tentant d’instaurer un dialogue ou un rapprochement. Et ce n’est pas sans peine. Ce spectacle sera encore prochainement présenté à l'Opéra de Marseille dans le cadre de la candidature de la ville comme "capitale européenne de la culture pour 2013".  Par ailleurs, Taman Sari sera encore programmé dans différents festivals internationaux notamment au Brésil et en Corée du Sud.

Christelle ZAMORA (Montpellier)

Taman Sari ou « Le jardin des délices »

Mise en scène Daniel Bedos
Assistante : Djamila Diagne
Scénographie : Dominique Doré
Avec la collaboration de Imelda Taurina Mandala
Avec les Compagnies Makaradhwaja, Semarak Candrakirana, Eki - Eksotika Karmawibhangga.

Ce spectacle se déroule à l’espace Micocouliers et sera le 18/20 h de la 22ème édition du festival, du 5 au 29 juin 2008, tous les jours sauf relâche le lundi. Tel : 04.67.63.66.66

Printemps des Comédiens
Du 5 au 30 juin 2008
Domaine d’O - Montpellier
www.printempsdescomediens.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Christelle ZAMORA - dans En Région 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche