Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 10:11
LE PAYS DES MORTS REFAIT A NEUF

Dans un genre comédie musicale, Pierre Pradinas et Gabor Rassov revisitent un classique de Dante, le premier volume de «La Divine Comédie» intitulé «L’enfer».  Et si cette complète réécriture du poème épique de l’auteur italien garde en elle le cheminement de la descente aux enfers et de ses neuf cercles, c’est cette fois avec pour guide, un Virgile déboussolé par la modernité du lieu.

D’abord, tout s’enchaîne dans la vie de celui qui représente notre Dante contemporain et sa bien-aimée Béatrix, joliment incarnée par Romane Bohringer. Après une banale scène de couple dans un quotidien difficile à partager, voilà que le mot « fin » pointe son nez avec cette ironie du sort propre à la vie. A une soirée loupée vient donc s’ajouter une mort sur la conscience. Quoi de plus banal alors que de vouloir revivre un instant qui a bouleversé le cours de sa vie et de souhaiter le changer ? Quoi de plus naturel que de désirer rejoindre l’être aimé une dernière fois ? Et le périple débute. Pour concrétiser ce cheminement,  une vidéo projection donne ses visions de l’enfer. Ces vues sont parfois celles d’un paysage désertique brûlant, tantôt lunaire, ou ressemblant à un magma de flammes et de lave, une tempête de neige à haute altitude, une ville fantôme grisâtre tandis que ça et là des squelettes passent.


Au fil de ce parcours, à la recherche de Béatrix, Dante et Virgile font entre autres rencontres, celle de Caron, le gardien du Styx qui devait leur faire traverser le fleuve. Dante fait de ce denier le cinquième cercle de l’enfer où gisent les coléreux. Caron est devenu vieux et déprimé depuis la construction d’une autre voie pour descendre aux enfers. Il est au chômage. C’est alors que nos deux compères découvrent Bernard, un descendant de Satan personnifié par le comédien David Ayala, à l’origine de la construction de cette voie rapide.

Adaptation hilarante

Dans un comique de situation effarant, c’est un enfer sponsorisé qui est ici dessiné. Show room, spots publicitaires, donnent au pays des morts un caractère transposé, actualisé voire surréaliste. « Caron sur la touche », « Minos à la pêche » et surtout la « fermeture du quatrième cercle pour cause de travaux » sont des détails hilarants de ce parcours. De surcroît des personnages historiques sont venus peupler l’enfer qui déborde de Nazis, au grand dam de Bernard Satan. Mais, il serait criminel d’en dire plus.

« Dans cette adaptation la question à se poser est avant tout de savoir qui peuple aujourd’hui le pays des morts ? » Sachez qu’il déborde ! Si la partie chantée n’est peut-être pas le plus brillant aspect de la pièce, cela est toutefois largement compensé par son rythme. C’est un Enfer dépravé mais surtout déjanté qu’il nous a été donné de voir. Avec sa belle troupe d’acteurs, Pierre Pradinas a su porter un public enthousiaste vers l’ironie d’un sort si souvent partagé. Voilà une vision bien poétique et fort drôle d’un certain avenir refait à neuf, festif et sans poussière.

Christelle ZAMORA (Montpellier)

Mise en scène : Pierre Pradinas
Mise en musique : Christophe Minck et Dom Farkas
Avec : David Ayala, Ardag Basmadjian, Romane Bohringer,
Thierry Gimenez, Stéphane Godefroy, Danik Hernandez,
Nathalie Loriot, Joan Mompart, Gabor Rassov
Les musiciens Jean-Fi Dary et Christophe Minck
Assistant à la mise en scène : Stéphane Godefroy
Décors : Jacques Rouxel
Création-vidéo : Simon Pradinas
& Herbert Posch - vidéo de poche
Costumes : Danik Hernandez Création lumières : Orazio Trotta
Effets spéciaux : Jean-Christophe Spadaccini
Direction musicale : Dom Farkas
Régie générale : Pierre Pugibet
Réalisation décors et costumes : Ateliers du Théâtre de l’Union
Illustrations : Simon Pradinas

Production : Théâtre de l’Union, Centre Dramatique National du Limousin
Coproduction : La Coursive, Scène nationale de La Rochelle
Bonlieu, Scène Nationale d’Annecy
Le Cratère, Théâtre d’Alès, Scène Nationale

Les 5, 6 et 7 juin 2008 au Printemps des comédiens.

Photos © Patrick Fabre


Partager cet article

Repost 0
Published by Christelle ZAMORA - dans En Région 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche