Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 23:38
RENDEZ-VOUS EN ABSURDIE

Au départ, on peut penser au Beckett de "Fin de partie", puis à celui du "Dépeupleur". Avec l'arrivée d'un troisième personnage, on en arrivera à imaginer le "monde d'en haut" : une société totalitaire, à la Kafka, à la Orwell.

L'acteur-auteur Spiro Scimone et l'acteur Francesco Sframelli ont joué cette pièce que Scimone a écrite, au sein de leur Compagnie Scimone-Sframelli (1). En voici la création belge, en français. Pousser l'absurde jusque dans ses derniers retranchements, y associer la musicalité d'une écriture originale, jongler avec le burlesque de situations et de personnages, tel est le style des deux compères siciliens.


Une cour sans espoir de miracle

Comme ce rat (invisible), ils sont pris au piège de "la cour" (il cortile), ceux qu'on appelait jadis sympathiquement clochards, ensuite SDF, maintenant politi-correctement : "les plus démunis", ou plus franchement : "exclus", dans un lieu lui-même politi-propre. Ce n'est somme toute qu'un amoncellement de matériaux d'emballages assez "corrects", peut-être même recyclables. Un "bon débarras", en tout cas, d'"encombrants"  dont… deux hommes. Deux êtres humains (bio-dégradés ?) - Pepe, le vieil invalide et le lunaire Tano - y survivent, oubliés de tous, eux qui ne veulent justement rien oublier, à coups de rituels et de petites manies, de jeux risibles et d'imagination. Deux humains qui veulent à tout prix et malgré tout… le rester, qui veulent, encore, s'écouter, s'épauler, paire indissociable dans leur malheur : Pepe condamné à attendre le retour de Tano et le secours du grand sac à surprises de Tano, ou plutôt du collecteur de restes de Tano : eau (douteuse), pain (vert)…


Un troisième homme, "nommé" Untel,  viendra y choir, par hasard, en situation encore plus "précaire". "Ils nous prendront jusqu'à la voix" dit il, en porteur de nouvelles du monde d'En Haut, de ces "Ils" tout-puissants. C'est lui qui poussera le plus loin la logique de l'absurde, celle de "l'employé kleenex", et, littéralement, la soumission du ver de terre au monde d'En Haut qui l'a (re)jeté.

Et pourtant, le croirait-on… on rit. On rit du jeu éternel de ces clowns tristes. On rit, car énorme est l'idée, rapportée par Untel, que puisque les gens n'ont "plus rien à se mettre sous la dent, des dentiers neufs leur sont offerts "pour le sourire"… d'où l'invention d'un nouveau jeu "avec dentiers", cruel et grotesque à la fois. On rit encore de leurs espoirs dérisoires… avant que d'en pleurer, avec l'image finale du sac vidé…"non pas vide", s'obstine encore à dire Pepe, qui y voit "la nuit"…

La scénographie de Céline Rappez - vaste container ?  boîte à chaussures géante ? - accentue et actualise la notion cynique de l'humain chosifié. Nous ne sommes plus dans l'aimable folklore de "sous les ponts d'Paris" mais dans un aujourd'hui criant (on ne peut s'empêcher de penser aux "émeutes de la faim"…).
Excellente "paire" d'acteurs que forment Steve Driesen et Nicolas Ossowski, auquel s'adjoint Youssef Khattabi.
Ils sont tous trois dirigés par une Valérie Lemaître - elle-même actrice (théâtre et cinéma) et auteure - qui a voulu garder tout le côté "faconde italienne" de "Il Cortile"… lieu abandonné, comme ce lieu théâtral, puisque, la saison prochaine, ce qui fut un creuset de créations passionnantes, le Z.U.T., s'établit à "l'Atelier 210" avec qui il entrera  en partenariat.

Suzane VANINA (Bruxelles)

(1) mai 2004 : "Kunstenfestivaldesarts", octobre 2004 : "Balsamine", Bruxelles

Texte : "Il Cortile" de Spiro Scimone/traduction de Jean-Paul Manganaro/Ed. de l'Arche
Mise en scène : Valérie Lemaître
Interprétation : Steve Driesen, Youssef Khattabi, Nicolas Ossowski
Lumière : Thomas Kazakos

Du 5 au 27.6.2008, 20 h 15 (sauf dim. lun.) au Z.U.T. - Tél : 0498.10.94.40 - info@zoneurbainetheatre.be

Crédits photos © Pierre Bodson

Partager cet article

Repost 0
Published by Suzane VANINA - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche