Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 22:48
LE NOUVEL ESPRIT DU CAPITALISME

Pour la seconde fois depuis son écriture il y a quarante ans, est donnée l’intégralité de « Par-dessus bord » de Michel Vinaver. L’auteur s’attaque dans cette pièce aux origines du capitalisme contemporrain.

Les rétrogrades, les réfractaires, les trop vieux, les mal-foutus, par-dessus bord ! Vinaver, qui entre l’année prochaine au répertoire de la Comédie française, est le PDG de Gillette France quand il écrit sa troisième pièce, en 1969. C’est de là qu’il assiste au triomphe du nouvel esprit du capitalisme sur celui de papa.


Soit l’épopée de Ravoir et Dehaze, numéro un français du papier toilette, 12 % de parts de marché et 20 millions de francs de chiffre d’affaires. Entreprise paternaliste, que dirigent Fernand Dehaze et ses deux fils, Olivier et Benoît, le second étant bâtard. Sous leurs ordres, une trentaine d’employés, Lubin, le représentant de commerce, Mme Bachevski ou encore Jean Passemar, cadre très moyen, falot, deux romans à son actif et qui rédige, comme l’auteur, une pièce sur la société qui l’a embauché.


Les affaires n’iraient pas si mal si Ravoir et Dehaze ne devait affronter la concurrence du géant yankee du secteur. La lutte est âpre et le patron casse même sa pipe. Mais Benoît a des rêves d’Amérique, la fibre managériale et manœuvre pour prendre la relève. C’est lui qui conduit la mutation de la société, s’inspirant des méthodes de l’adversaire.


Le « PQ » comme point culminant du capitalisme, qui ingurgite et digère tout, ce qui lui confère sa supériorité et son éternelle jeunesse. « Un cannibalisme à tous les niveaux », a résumé Vinaver à Mediapart. Le nouvel esprit du capitalisme, plus puissant, a notamment ingurgité les valeurs « artistes » que sont la créativité et l’autonomie, pour exiger plus des individus qu’il mobilise. Ravoir et Dehaze, sous la tutelle de Benoît épaulé de fringants jeunes loups, pas encore goinfrés de stock options mais ce ne saurait tarder, s’en imprègne. Et pour vendre des containers entiers de « PQ », Benoît s’offre les services de deux gourous du marketing, qui font prendre des vessies pour des lanternes.  

« Par-dessus bord » est une œuvre somme, qui dure six heures, mêlant la farce au drame shakespearien, à la portée mythologique. Car l’auteur décrit un âge d’or où la guerre économique se faisait la fleur au fusil. « Même s’il était féroce, le capitalisme était encore joyeux » a rappelé Vinaver. A la mise en scène, Christian Schiaretti s’applique à restituer cette époque et donne un souffle qui n’est pas sans rappeler « Playtime », de Tati. Il bénéficie pour cela de l’énergie d’une trentaine de comédiens, tous très bons, avec une mention spéciale pour Jérôme Quintard, qui prête son bagou à Lubin, et Olivier Balazuc, très engoncé en Passemar.

Malheureusement depuis, le capitalisme a franchement viré sinistre.

Hugo LATTARD (Paris)

Par-dessus bord, de Michel Vinaver, mise en scène de Christian Schiaretti
Avec Olivier Balazuc, Stéphane Bernard, Laurnce Besson, Olivier Borle, Jeanne Brouaye, Armand Chagot, hélène Degy, Gilles Fisseau, Jany Gastaldi, Julien Gauthier, Damien Gouy, daniel Kenisberg, Aymeric Lecerf, Xavier Legrand, José Lémius, David Mambouch, Philippe Morier-Genoud, Clément Morinière, Guesh Patti, Christine Pignet, Daniel Pouthier, Jérpome Quintard, Dimitri Rataud, Alain Rimoux, Juliette Rizoud, Isabelle sadoyan, Didier Sauvegrain, Clara Simpson, Julien Tiphaine

Théâtre national de la Colline, 15 rue Malte-Brun, 75020 Paris jusqu’au 15 juin

Partager cet article

Repost 0
Published by Hugo LATTARD - dans À Paris 2007-08
commenter cet article

commentaires

mélanie 15/01/2009 03:12

Bonjour, juste un petit mot pour vous signaler un petit oubli...vous n'avez pas mis toute la distribution...vous avez oublié au moins une comédienne : Clémentine Verdier;-)

Chronique Fraîche