Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 23:44
VOYAGE(S) EN "MARE TENEBRARUM"

L'œuvre de Maurice Maeterlinck (6 actes, 12 tableaux), adaptée par Isabelle Jonniaux qui en propose une version allégée, reprend le grand thème éternel de la Quête - ici d'un Oiseau symbole de bonheur - du voyage formateur, de l'initiation adolescente.

Redécouvre-t-on Maeterlinck  "chez lui" ? La saison dernière, c'était "La Princesse Maleine", par une toute jeune compagnie (1) et cette fois, c'est non seulement cet "Oiseau Bleu", mais également tout un Festival (2) que l'Atelier 210 consacre à l'un des plus grands dramaturges belges, initiateur du mouvement symboliste, Prix Nobel de Littérature 1911.

Son "Oiseau Bleu" est centenaire puisqu'il fut mis en scène en 1908, par Stanislavski lui-même, pour le Théâtre d'Art de Moscou, avant de devenir l'une de ses œuvres les plus traduites et représentées mondialement, en ce comprises les adaptations au cinéma. A l'époque, la structure de l'œuvre dramatique en vigueur s'en trouvait bousculée, avec notamment l'éclatement des lieux, aussi se réjouit-on que, fidèle à l'esprit de l'auteur, la jeune adaptatrice l'ait portée à la scène actuelle avec autant de "rébellion"…


La réalisation actuelle : suggérer, encore suggérer…

Vue comme une "féerie", avec connotation quelque peu infantilisante, l'œuvre pouvait intimider. Visiblement, elle a inspiré Isabelle Jonniaux pour sa première mise en scène, avec l'option de la suggestion comme meilleur outil pour servir le symbole ou tentative maeterlinckienne d'exprimer l'indicible, l'essence des choses... Elle s'est entourée d'une équipe enthousiaste, dont la scénographe Marie-Bénédicte Baudin, et cela donne un spectacle aux mille trouvailles et, de surcroît, "interactif", les spectateurs se transformant en figurants dans certains tableaux. Non sans malice du reste : assemblée de morts ou de bébés à naître, ou étrangement actuelle, une "Cour" d'arbres appelée à juger l'Homme prédateur de la Nature.

A saluer, parfaitement dans cet esprit, le travail sur la lumière de Alain Collet. Et la Lumière-symbole accompagnera l'imagination gardée de notre enfance dans le Voyage de Tyltyl surtout (Myltyl un peu discrète), et de leurs animaux familiers, de l'autre côté du miroir. Grâce à quoi aussi bien les peurs que les bonheurs nous auront été palpables dans les six étapes parcourues… ensemble.

Sans fatras fantasmagorique (débauche de tissus bleus, costumes et décors "merveilleux", savants maquillages…) pas plus que de grands effets technologiques ou autres, avec justesse et simplicité, on touche à l'essentiel, grâce encore au jeu fluide des cinq acteurs qui se partagent de multiples rôles avec la jeunesse du corps et du cœur…
 
Il faut souligner l'initiative originale de présenter (les 7,16 et 21 juin) l'adaptation radiophonique de la pièce "Les Aveugles" (1891) - un drame de l'attente peu connu - grâce à la réalisation de Brice Cannavo, avec le concours des aveugles et malvoyants de l'Institut Alexandre Herlin (au profit de la Ligue Braille). Le spectateur, qu'il soit voyant ou non, est plongé dans une semi obscurité lui permettant de saisir la force de, encore, un… symbole, celui de la cécité vue comme un enfermement, celui du dénuement de la condition humaine ignorante de son Destin.

Suzane VANINA
(Bruxelles)

1) d'abord au Z.U.T. puis reprise au Public/ Cie "Entre Chiens et Loups" (voir écho dans ce site)
2) Le Festival débute par une "Soirée Contes" le 9.6 par les Chiconteurs, se poursuit par des Conférences-spectacles, Rencontres…

Texte : "L'Oiseau Bleu" de Maurice Maeterlinck/Edit. Fasquelle (1909) dans l'adaptation de Isabelle Jonniaux
Mise en scène : Isabelle Jonniaux – Conseiller dramaturgique : Jean-François Politzer
Scénographie : Marie-Bénédicte Baudin
Interprétation : Véronique Dumont, Marie-Noëlle Hébrant, Sébastien Hébrant, Clément Thirion, Marc Weiss
Lumière : Alain Collet
Son : Gilles Doneux
Costumes : Samuel Dronet

Coproduction Compagnie de la Lune/Atelier 210, du 3 au 28.6.2008 à l'Atelier 210 – Tél : +32(0)2.732.25.98 – www.atelier210.be

Crédits photos : Alain Trellu

Partager cet article

Repost 0
Published by Suzane VANINA - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche