Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 22:50
SENSUALITÉ AFFIRMÉE MAIS PROPOS ALLUSIF

C’est bien à un spectacle abouti sinon achevé que nous avons pu assister en avant-première. Abouti, car la mise en espace, en lumière et en voix témoigne d’un réel professionnalisme. Inachevé malgré tout parce que l’auteur poursuit son travail jusqu’à la dernière seconde, jusqu’au festival 2008 au moins...


Et il a raison, car ce spectacle ambitieux n’atteint pas vraiment son objectif pour l’instant. Syncrétique, et se présentant comme tel, Miss Knife peut se voir au premier degré, comme un spectacle de cabaret, réjouissant pour l’oeil et pour l’oreille. Néanmoins, l’humour grinçant et les démythifications systématiques à la Guitry ou à la Cocteau (« Tout est faux ») lui donnent une profondeur de champ, une distanciation, un arrière-plan, dont il faut avoir les clefs, qui seules assureront la pleine portée de la pièce.


Un condensé de l’univers d’Olivier Py

Les clefs, ce sont ni plus ni moins celles de tout un univers. Miss Knife, dont Olivier Py, son créateur-interprète, n’a concédé qu’à Dominique Davin et Sandrine Chauveau l’insigne privilège de s’en emparer à leur tour, est « en quelque sorte la comédie satirique de l’ensemble de son oeuvre. Chanteuse de cabaret aux faux airs de Marlène, ambiguë et provocatrice, Miss Knife est au centre d’un fascinant jeu de séduction, de domination, de désir et de mort, où se frottent, s’enroulent et se perdent un ange, une clownesse, et un cadavre voyageur, jaillis d’autres pièces d’Olivier Py : nous sommes là, certes, dans un univers déjanté, décalé, mais jamais absurde. Dominique Davin - qui s’attaque généralement à des textes difficiles et signifiants - a d’ailleurs restitué avec beaucoup d’élégance la « poésie chatoyante et parfois abrupte de l’auteur ».

Familiers d’Olivier Py, vous vous régalerez de cette complicité ; dans tous les autres cas, le spectacle vous posera des questions (vous sentez bien que le sens est « ailleurs »..), et vous ne tarderez pas à aller chercher les réponses.

Geneviève DEWULF (Avignon).

Comme un ange bleu au cabaret de Miss Knife
Chansons et textes : Olivier Py.
Musiques : Jean-Yves Rivaud.
Adaptation et mise en scène : Dominique Davin.
Avec : Sandrine Chauveau, Clémence Porte, Loïc Rescanière.
Piano : Thierry Meynard.
Lumières: Vincent Lemoine.
Costumes : Steffan di Marco.
Co-production Argile-Théâtre et Compagnie de la Licorne de Brume, en partenariat avec le Théâtre du Cabestan.

Vendredi 16 et samedi 17 mai 2008, 20h30. Théâtre le Cabestan, 11, rue Collège-de-la-Croix, Avignon. Réservations : 06 21 43 19 21.
Et sur le Festival d’Avignon 2008, du 10 juillet au 2 août, Théâtre Le Cabestan, tous les jours à 20h45. Réservations : 06 21 43 19 21.


Photos : Geneviève Dewulf


Partager cet article

Repost 0
Published by Geneviève DEWULF - dans En Région 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche