Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 11:51
Spectacle vu pendant Avignon 2007

LE BON DIEU SANS CONCESSION

Marcello d’Orta, les cardinaux du Vatican ne lui disent pas merci. L’instituteur italien met Dieu et le religieux au centre de son travail avec les enfants ; et de la fulgurance de la pensée enfantine, et de leur effet dévastateur, il se lave les mains…

D’Orta travaille depuis une dizaine d’années avec les enfants d’Arzano (banlieue napolitaine) pour faire jaillir de leurs écrits les mots simples qui portent sur notre monde un oeil spontané et tendre, non complaisant et souvent ravageur. Ces paroles mises bout à bout, issues de rédactions scolaires, ont déjà produit en Italie un best-seller ; dans J’espérons que je m’en sortira, qu’avait monté l’an dernier la compagnie savoyarde Remue Méninges, le regard déjà candide et cruel à la fois des enfants se posait sur certains des travers sociétaux de l’Italie, notamment l’influence de la redoutée et tentaculaire camora.


C’est à un véritable parcours dans l’histoire biblique, à une balade érudite parsemée de toiles de maîtres, auxquels un conteur-conférencier cette fois nous convie. Ce conteur, René-Louis Fourest, lunaire, porte la parole des enfants sans faire interférer l’adulte, avec une bonne dose de candeur et d’humilité ; et assez de subtilité, pour rappeler l’utilité aux plus grands de réviser à cette occasion leur catéchisme devenu « cours de cataclysme » dans la bouche des bambini. L’irrésistible florilège égratigne, décape et fait réfléchir. Si la vérité ne sort pas toujours de la bouche des enfants, leurs propos, délicieusement décalés et toujours d’une simplification tordante, mettent souvent un coup de projecteur et de fraîcheur sur des sujets que nous, adultes, abordons avec moins de jubilation et davantage de pincettes. Leur propos se fait accidentellement lucide (« Tu ne tueras pas… mais il y a des dérogations si tu vas aux croisades. »), politiquement incorrect (« Dieu pour se venger de la tour de Babel créa l’Europe en mélangeant toutes les langues. »), mixant fait religieux et culture actuelle (« Judas a trahi Jésus pour une poignée de dollars . »), malmenant les institutions religieuses (au Pape : « Pourquoi est-ce qu’on ne peut pas interviewer Jésus puisque tu lui parles directement ? ») ; et parfois la parole d’enfant explose d’une puissance philosophique insoupçonnée, tel l’aphorisme définitif de Fiorella , qui vaut bien son pesant d’hosties et quelques livres de théologie, « si Dieu nous a créés, c’est son affaire. »

Réjouissons-nous, un troisième volet est en préparation qui devrait avoir l’amour en thème central. En attendant, si « Dieu nous a créés gratis », c’est sûrement parce que les enfants sont impayables de drôlerie.

Stephen BUNARD
www.ruedutheatre.info

Dieu nous a créés gratis
L’Évangile selon les enfants d’Arzano
D’après l’ouvrage de Marcello d’Orta
Mise en scène : Yvonne Bergeaud
Conception, adaptation et jeu : René-Louis Fourest
Spectacle tout public, enfants à partir de 10 ans

Festival Off – Collège de la Salle – place Pasteur
Du 10 juillet au 2 août 2008 - Salle climatisée
Collège de la Salle à 12 h 30
Réservations : 04 90 88 00 56 / 06 30 16 71 02
Tarif : 14 €- Réduit : 10 €- Durée : 1 h
Spectacle tout public, enfants et scolaires dès 10 ans

Compagnie Remue-Méninges (73)

Partager cet article

Repost 0
Published by Stephen BUNARD - dans Festival Off 2008
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche