Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 17:52
OU L’ART DE ROMPRE EN 90 FAÇONS !

« Ma Belle Salope, devine qui te quitte ? Pierre ou Patrick ? P. » Ce mot féroce, cette dernière pirouette acide comme une volée de bois vert, est signé Cécile Slanka, auteur du recueil Comment lui dire Adieu, petit bijou d’anthologiques billets durs, qui connait une renommée aussi discrète qu’internationale depuis plus d’un an. Dans cet exercice de styles, un homme, une femme, une histoire d’amour à bout de souffle, des acteurs talentueusement drôles et le bout d’une plume bien affuté pour mettre les voiles tout en faisant en sorte que l’ex se prenne un bon revers de mât dans la poire !

Vous vous ennuyez auprès de Paul, soupirez d’agonie lorsque Babette vous adresse la parole, vous traînez les pieds avant de rentrer dans votre nid d’amour transformé en bonbonnière étouffante ; vous rêver de rompre, là, une bonne fois pour toute, avec l’envie de déverser votre fiel, mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Pas de panique, le texte de Cécile Slanka est là pour vous donner l’inspiration ! Une scène, une table, deux chaises, une toile cirée vichy annonce déjà la déchéance du couple qui ne se regarde plus. Ce couple, il peut être comme vous et moi, comme vos amis Ariane et Patrick, votre tante Josette et votre oncle Albert : normaux, bobos, parisiens, provinciaux.


L’habitude est le ver rongeant l’étincelle qui brillait jadis dans leurs yeux. A sa place, la soupe que l’on aspire avec la délicatesse d’un bûcheron finnois, la maniaquerie exaspérante, le combat pour défendre son espace vital, l’absence de dialogue… Tout y est ! Le couple est mûr pour une bonne rupture. On va rire, c’est sûr, car ici, rien de larmoyant dans ce duo se répondant dans un ping-pong de lettres, de mails de post-it qui vont tronçonner une idylle qui a assez duré.

« Les écrits restent, moi pas ! »

Dans un marathon d’une heure et quart entrecoupé par des scènes du quotidien tue-l’amour faisant office d’interlude dans cette course de la rupture, il y a la réplique qui tue, le dernier mot qui terrasse, la vérité qui fait mal, les petites mesquineries que l’on règle sur papier. Simple, directe, chaque rupture est marquée par une directive stylistique sur un écran en fond de scène : «  Opportuniste : Thierry ! Je suis enceint e! Tu peux faire tes valises, je n’ai plus besoin de toi ! Natacha. » . Il y a mille et une façon de se tirer, se faire la malle, partir, mettre à la porte. Tels des Cyrano mal lunés, chaque composant du couple enchaîne dans son registre, dans la peau de personnages différents : Cerise la naïve au cœur d’artichaut abonnée au largage surprise, Christophe le cadre qui-a-tout-pour-être-heureux, Josiane qui rompt par petite annonce : Annonciatrice, Inassouvi, Obéissant, Métropolitain (on notera un très bel exercice avec des noms de stations de métro), Canine, Lafontainienne, on est dans un univers à la Queneau où la rupture entre dans plusieurs styles, plusieurs façons d’être (souvent insoutenable !) et en disent beaucoup sur la personnalité de chacun. Impossible de bouder son plaisir face à ce couple d’acteurs imprégnés avec talent des humeurs de chacun.

C’est drôle, piquant, ludique, sans pitié pour les imbéciles, les gentils, les doux-dingues. L’autre rompt et met en pièces son ex, qui, pourfendu par tant de férocité épistolaire, en reste sur le carreau, K.O. Pendant ce temps, on se gondole, ravis d’avoir passé cette heure dans une explosion festive de billets au verdict sans appel.

Marie-Pierre CREON (Paris)

Comment lui dire Adieu !
D’après l’œuvre : Comment lui dire Adieu de Cécile Slanka. Editions Liana Levi.
Interprétation et adaptation : Olivier Broda et Anne-Laure Pons
Mise en scène : Marie-Julie de Coligny
Lumière: fabien Grunheber/ Manu Lagarde
Son : Jean-François Lasalle
Projection : Marie-Calire Leroux
Production : Maison de la Culture de Nevers et de la Nièvre

Location : A partir du 4 Juin au 30 août 2008. Du Mardi au samedi au Lucernaire à 21h 30, 53 rue Notre-Dame des Champs, 75 006 Paris. Métro : Notre-Dame des Champs / Montparnasse Bienvenue. Renseignements : http://www.lucernaire.fr ou au  01-45-44-57-34.

En tournée : le 17 et 18 octobre 2008 à Yeuze ( 03 ), 1er décembre 2008 à Saint-Quentin ( 02 ).

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-Pierre CREON - dans À Paris 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche