Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 23:02
COUP DE COEUR RUEDUTHEATRE

Spectacle vu à Avignon 2007

SOUS LE VERNIS


La Compagnie Lux in Tenebris se penche depuis plusieurs années sur l'oeuvre de Vaclav Havel et réussit, en renouvelant son casting de comédiens, à toucher l'essence et à faire surgir les dimensions cachées d'un petit bijou de comédie absurde ; Vernissage ou comment substituer à la dictature des idéologies celle du bonheur parfait.

Milieu des années 70, mais ce pourrait être à notre époque, en Tchécoslovaquie, un couple de trentenaires, Véra et Mickaël, épanoui, de prime abord, invite son meilleur ami Ferdinand, dissident, à prendre part au vernissage de son appartement. Antiquités et tableaux de maîtres, clams au four, caresses sensuelles, rien n’est épargné à l’ami médusé pour lui vanter les mérites d’un bonheur extatique, qui devrait prendre le pas sur la politique. Avec une angoisse tout de même pour le couple, c’est que l’ami tourne les talons et les laisse comme deux marionnettes inanimées.

vernissage.JPG
L’ancien président de la République tchèque, conscience politique européenne s’il en est, en dépit de ses allégeances à Bush lors de la guerre en Irak, aurait écrit Vernissage pour divertir ses amis. Mais quel divertissement ! Des trois pièces de la trilogie qui composent le recueil : Audience, Vernissage, Pétition, elle est la mieux écrite, la moins politiquement pesante, la plus fine, la plus drôle, et aussi la plus cruelle. C’est un pamphlet politique sur la subsistance des idéologies, le rôle des intellectuels dans les sociétés modernes, une satire sociétale du nouveau monde et de son matérialisme, de ses codes, de ses standards, une comédie grinçante sur le couple et la recherche de la perfection…
Mais aussi une fable désillusionnée sur l’amitié et la fidélité, ce qui la construit, la cimente et la délite, une dénonciation du grotesque du prêt-à-porter culturel et du conformisme philosophique bourgeois. On retrouvera ces deux dernières thématiques plus tard dans Art, de Yasmina Reza. Bref, Vernissage est un petit bijou du théâtre de l’absurde dans la plus pure tradition du théâtre d’Europe centrale et orientale.

Un monde qui change

Si Anouilh dans Une Vie montrait le spectacle d'une famille bourgeoise, un monde finissant donné en pâture aux yeux de la Révolution victorieuse, ici c'est un monde qui commence qui se montre sans pudeur. Mais si l’on gratte le vernis sage de cet univers, révélant sa superficialité, tout n’y est que malaise, mal être et fausseté. L’argent, la réussite à tout prix, la rutilance de la vitrine occidentale, le passage sans transition au marchand, l'impossibilité d'identifier des valeurs, tels sont les diktats d’un monde neuf qui substitue à la dictature des idéologues une dictature sous d’autres formes et avec d’autres moyens.

Que peuvent les intellectuels quand les idéologies par eux-mêmes combattues sont mises au tapis et qu’ils n’ont pas les armes adéquates pour combattre un mal plus insidieux et sans visage ? Lutter, s’adapter, abdiquer ?
Ferdinand, qui est un peu Vaclav Havel, tente de nous apporter sur scène des éléments de réponse face au monde qui change.

Les trois comédiens ont la gueule de l’emploi, c’est peu de le dire.
Roger Contebardo bouillonne d’euphorie sur toute la pièce, parfois pris de bouffées politiques délirantes qu’il évacue vite. Il s'applique à être le Monsieur Jourdain du Nouveau Monde.
Céline Perra, joue avec nos nerfs, tantôt bourgeoise discrète inféodée à son mari, tantôt impudique raffinée, elle inspire et respire un ordre nouveau. Elle l'incarne d'une certaine façon et, si l'on prend ce parti, justifie le tempérament si illuminé de son mari. Le duo nous transforme en Ferdinand, nous aspire dans le cyclone et c’est là une part de son immense talent, reste à savoir les sentiments qu’ils font naître en chacun de nous.
Face au duo qui déjante crescendo, Éric André est parfait d’impavidité inquiétante et de candeur vite déniaisée.

La mise en scène de Marie-France Soulaget exploite à fond le filon de l’exhibitionnisme sensuel et cocasse et fait habilement monter la tension dans ce couple au bord de l’explosion, dont les emballements et les déplacements sont réglés avec la précision d’une horlogerie suisse.

Havel bien servi, spectateurs vernis.

Stephen BUNARD
www.ruedutheatre.info


Vernissage
Texte : Vaclav Havel
Mise en scène : Marie-France Soulaget

Théâtre des Vents
63 rue Guillaume Puy
84000 Avignon

Téléphone réservation
0679597040

du 10 juillet au 2 août
durée : 01h00
tarif : 14€
tarif carte off : 10€
tarif enfant : 5€
tél. réservation : 0617669517
Interprètes : Sylvia Bruyant, Delry Guyon, Eric André
Lumières : Jean-Pierre Plazas
Metteur en scène : Marie-France Soulagnet

4è Festival d'Avignon avec V. Havel et le triptyque "Audience Pétition Vernissage". La Cie invitée en 2008 en Rép. Tchèque jouera en présence de l'auteur et prépare "Lettres à Olga" pour 2009.
Soutiens Dons Nérac Marmande C.Gén 47
-------------------------------------------------------------------------
Avec : Céline Perra, Roger Contebardo, Eric André
Jusqu’au 27 juillet 2007 au Théâtre du Vieux Balancier à (jours impairs) à 12h15.
2 rue d’Amphoux - Téléphone réservation 04 90 82 41 91

La Compagnie Lux in Tenebris présente également dans le Off :
- Audience, au Théâtre des Vents 63 rue Guillaume Puy à 21h15
- Pétition, à 12h15 au Vieux Balancier les jours pairs.

Photo © Philippe Girardi

Partager cet article

Repost 0
Published by Stephen BUNARD - dans Festival Off 2008
commenter cet article

commentaires

SB 18/12/2011 23:47


"Craquage sous le vernis" (tentative d'amélioration du titre par son auteur)

Chronique Fraîche