Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 00:07
Spectacle vu dans la saison 2007/2008 par notre équipe de Bruxelles.

Pendant Avignon 2008 au Théâtre Petit Louvre à 10h30.

COUPLE OUVERT À D'AUTRES TEMPS

Comme il le fut à la télévision (6 épisodes, 1973), puis au cinéma (1974), ici au théâtre, le projet atypique d'Ingmar Bergman fait mouche. Son examen clinique de moments significatifs de la vie d'un couple reste passionnant ! C'est en partant du scénario original du film, condensé lui-même de la série télé de Bergman, que le metteur en scène Michel Kacenelenbogen a voulu démontrer que le thème n'avait rien perdu de sa vigueur, de son actualité, de son universalité.


Et l'on sait que Bergman est allé chercher dans son vécu ses éléments dramatiques. Pour en garder toute la force avec cette version théâtrale, il s'est agi d'un évident travail collectif : la direction d'acteurs étant particulièrement liée à la personnalité des deux grands artistes que sont Muriel Jacobs et Alain Leempoel. Scénographie - Céline Rappez - lumière - Laurent Kaye - soutenant parfaitement toutes les intentions.
 Photo © Cassandre Sturbois

Alors que se joue ailleurs Le Silence des Mères, se révèle ici un "silence de couple" fait de non-dits, accumulés au fil de vingt ans de vie en commun, entre gens polis, policés, apparemment bien assortis, privilégiant l'échange d'états d'âme aux éclats de voix. Le contexte du milieu plutôt aisé serait propice au "bonheur", n'était le poids de la bienséance, des convenances socio-familiales. "Tout pour être heureux", c'est ce que ne cessent de proclamer, à tous, d'entrée de jeu et en gros plan cinéma (comme un clin d'œil au maître inspirateur), les deux protagonistes, Marianne, conseillère juridique et Johan, chercheur d'université, parents comblés de deux filles et soucieux de "leur image de marque". La scène de ménage, chère au théâtre de boulevard, est bien dépassée par une réflexion, (non dénuée d'humour tout de même) sur le "vivre ensemble", sur le truisme, inacceptable pourtant, "mieux vaut être seul que mal accompagné". Car même si la solitude métaphysique à la Johan veut dépasser la solitude-isolement à la Marianne, tous deux en rejettent la perspective et tentent à tout prix la rencontre avec l'Autre… qui gardera son mystère.

Un couple de la vraie vie

Qui plus est, il n'est pas question de "brève rencontre" mais d'union durable, de mariage qui se prolongerait bien au-delà des fameux "sept ans de réflexion" – une donnée bien actuelle, quand le nombre de mariages dépasse celui des divorces, qui était peut-être moins cuisante à l'époque de Bergman -. La survie du couple semble, tour à tour, le mobile puissant de l'un comme de l'autre et tous deux semblent animés de la même volonté sincère de compréhension, de tolérance. Cela ne va pas toutefois jusqu'aux solutions de couple ouvert, "tripartite"… mais déboucherait plutôt en finale, après tant d'aléas et d'avatars, sur une version de l'amour qui pourrait s'appeler la tendresse complice ou…une forme d'amitié. Au passage, chacun se sera découvert, aura secoué sa coque, mis bas le masque et, sorti du cocon, sans plus de faux-semblants, se sera regardé dans son propre miroir. Une vérité personnelle se sera fait jour…

Plus que crédibles, Muriel Jacobs et Alain Leempoel créent un couple qu'on aura désormais du mal à ne pas croire réel, "de la vraie vie"! Ils sont d'une justesse non seulement convaincante mais confondante ! Du tout grand art. En extrapolant le sujet de la vie à deux à un autre milieu, à des couples plus atypiques : homos, de cultures différentes… etc, on continue une discussion que ne manquent pas d'engager les spectateurs à l'issue d'un spectacle qui ne laisse pas indifférent, tout au contraire !

Suzane VANINA (Bruxelles)

Coproduction Théâtre de Namur-
Théâtre Le Public.
Jusqu'au 30 juin 2007 : 0800.944.44

Partager cet article

Repost 0
Published by Suzane VANINA - dans Festival Off 2008
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche