Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 00:17
Spectacle vu par notre équipe à Bruxelles dans la saison 2007/2008.
Avignon 2008 : Villeneuve en Scène à 22h00.

LE MYTHE DE L’AMOUR FOU

Reprenant quasi dans son intégralité la vieille légende et plusieurs de ses variantes, Paul Emond a écrit une adaptation moderne qui, en dépit de quelques disparités et ambiguïtés, passe bien la rampe. Les Baladins du Miroir, fidèles à leur projet de théâtre forain, l’interprètent dans leur chapiteau itinérant sous forme de spectacle populaire.


La mise en scène de Nelle Paxinou n’élude guère les contradictions. Ainsi le filtre d’amour administré erronément par Brangien aux jeunes gens devient ici action volontaire, du style bon tour joué à des compagnons, avant d’être catégoriquement niée par la suite. Elle ne brille pas non plus par son inventivité. Les entrées et sorties alternativement côtés cour ou jardin sont monotones. Le plateau tournant qui rend fluides les passages d’une scène à l’autre se contente souvent de tourner sans apporter de surprises.

tristanetyseut.jpg
Mais les Baladins ont toujours aimé le spectaculaire. À défaut de numéros circassiens, ils promènent un immense dragon, ils envoient sur la piste des vaisseaux impressionnants pour relier la Cornouaille bretonne et l’Irlande. Ce seront les seules fantaisies permises cette fois-ci. Par contre les costumes chatoient et leur utilisation derrière des rideaux de tulle rappelle la beauté fragile des fresques murales d’autrefois.

Un spectacle familial

La distribution est particulièrement homogène. Elle joue avec une diction étudiée qui rend l’ensemble un peu froid et ne parvient pas à couvrir systématiquement une musique exécutée en direct par un quintet allègre. Heureusement, Geneviève Knoops, en narratrice amusée, entre vite en connivence avec le public ; les pitreries des barons Abdel El Asri et Diego Lopez Saez ponctuent l’histoire ; la dégaine dégingandée de Sophie Lajoie en nain bondissant donne du piment à ses interventions.

La première partie est agréable. La seconde, avec ses épisodes secondaires empruntés çà et là, s’étire, ne renouvelle pas grand-chose. Quoi qu’il en soit, l’occasion est belle pour entrer dans un mythe que peu de gens ont lu en dehors de quelques extraits étudiés en classe. Ils y retrouveront l’origine en littérature française de la passion amoureuse plus forte que raison d’état, morale et convenances. Ils glaneront d’autres souvenirs d’école : les ordalies, le rejet des lépreux, les combats à l’épée…

Michel VOITURIER
www.ruedutheatre.info


Tristan et Yseut
Texte : Paul Emond
Mise en scène : Nele Paxinou et Olivier Magis
Distribution : Alain Boivin, Alexandre Crepet, Abdel Al Asri, Suzanne Emond, Geneviève Knoops, Sophie Lajoie, Diego Lopez Saez, Virginie Pierre, Coline Zimmer, Wout De Ridder
Musique : Wouter Vandenabeelle
Scénographie : Aline Claus, Saïd Abitar
Costumes : Sylvie Van Loo
Maquillages : Serge Bellot
Lumières : David Taillebiuis, Michel Hayoit


Créé au festival de Spa le 19 août ; présenté au festival du Théâtre au Vert de Silly les 29 et 30 août 2007.
En tournée : Arlon (Parc des Expositions) du 21 au 24 octobre ; à Montigny-le-Tilleul (Parc communal) du 14 au 24 novembre ; à Boisfort (place Andrée Payfa-Fosseprez) du 29 novembre au 9 décembre ; à Liège (Esplanade St-Léonard) du 14 au 22 décembre.

Production : les Baladins du Miroir

Photo © Abdoul Aziz Soumaïla.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans Festival Off 2008
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche