Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 22:32

MUSIQUE, FEU ET CLOWN EN PROMENADE

Les rendez-vous de théâtre de rue du festival international Teatro a corte 08, dirigé par Beppe Navello, témoignent de l’hétérogénéité de la programmation, passant de l’art du cirque à celle du mime, du jeu comique au concert musical, et mélangeant les formes et les genres.

Les après-midi du mardi 1 et mercredi 2 juillet, au cœur du centre historique de Turin, sur la place en face du Palais Royal, le trio comique espagnol de la compagnie La Tal présente le spectacle Démodés.

Le metteur en scène Leandre Ribera et ses deux compagnons interprètent des vagabonds qui voyagent avec deux chariots pleins d’objets et de costumes. Ils représentent trois clowns à la dérive, « démodés », qui essaient de survivre et faire vivre leurs imaginaires dans un monde qui les a oubliés et qui a oublié la magie clownesque. Leurs performances restent toutefois un tantinet ennuyeuses, ils ne réussissent pas à les relier dans un rythme, peut-être aussi par manque d’interaction avec les spectateurs, hélas peu nombreux. Ils semblent répéter des disputes et des magies trop connues dans ce genre, sans leur donner une forme et une signification propres.



Le mercredi 2 et le jeudi 3 juillet, toujours l’après-midi et sur la place du Palais Royal, s’est déroulé Macadam Piano, de la compagnie Pomme d’or [voir photo]. Un homme en costume noir qui le fait ressembler un peu à un cocher et un peu à un musicien de piano-bar, danse avec son piano. Il se déplace au sein du public en pédalant sur son cyclo-piano. Il interprète des mélodies diverses, par exemple d’Erik Satie ou de Bob Marley. Il fait choisir des cartes à des spectateurs, il montre la carte en tournant en rond et en s’approchant des personnes, puis il joue un air correspondant au nom du compositeur ou du chanteur noté sur la carte. Pendant qu’il joue, Jean-Louis Cortès pédale et bouge doucement. Il provoque ainsi des déplacements des spectateurs, qui se mettent à le suivre le long de la Piazza Castello, puis rue Garibaldi, l’un des axes piétons principaux de la ville. Ils s’arrêtent sur la rue transversale du XX Septembre, où le musicien et son piano se confrontent avec une voiture puis avec un autobus. Ils reviennent vers la place, suivis par le public, continuant à jouer, communiquant par leur musique avec les gens qui observent aussi la scène de leurs balcons. Une brève danse musicale, tendre et poétique, qui se mêle à la vie des piétons de passage et des gens assis au soleil sur les bancs de la place.

Le soir du jeudi 3 juillet, Piazza Castello, s’est déroulé Alma Candela, calor humano, réalisé par la compagnie espagnole Alkimia 130. Le public était nombreux, il remplissait la place autour de l’installation, dont le périmètre était délimité par des escabeaux et de grands outils à tuyaux à plusieurs branches. Au centre de la scène gisait une pile de branches d’arbres et de caisses vides du marché, une chaise accrochée au centre. Les personnages apparaissent dans le public, habillés comme des pompiers/clowns. Ils dansent, ils jouent, enveloppant le public dans une atmosphère romantique et festive. Les outils à tuyaux sont allumés, et le feu est mis à la structure centrale. Le spectacle est une cérémonie d’une réalité autre, un univers de la nuit, où le public est invité à interagir.

Beppe Navello et ses collaborateurs essaient ainsi de porter de nouvelles productions et plusieurs styles sur les places de Turin, invitant les gens à voir ce que le théâtre peut être, et cherchant à effacer l’image conventionnelle du théâtre qui a désormais évolué et multiplié ses formes.

                                          Mattia SCARPULLA (Turin)  
 


Démodés et Macadam Piano ont lieu à la Piazzetta Reale, Piazza Castello, face au Palazzo Reale, après la grille d’entrée, Torino

Alma Candela, calor humano, a lieu en Piazza Castello, face à Palazzo Madama, Torino

Démodés, compagnie La Tal avec Leandre
Mise en scène, Leandre Ribera
Interprètes, Enric Casso, Jordi Magdaleno, Leandre Ribera
Musique, David Moreno
Durée 40’

Mardi 1 juillet à 16h30 et 19h et mercredi 2 juillet à 17h30 et 20h

Macadam Piano, compagnie Pomme d’or
Pianiste, Jean-Louis Cortès
Mise en scène, Hélène Cortès
Durée 30’

Mercredi 2 et jeudi 3 juillet à 17h et à 19h

Alma Candela, calor humano, compagnie Alkimia 130
Avec Alex Rodriguez Ramirez, Ana Ortega Garcia, Hector Castrillejo San Millan, Mercedez Herrero Perez, Ricardo Castrillejo San Millan, Trinidad Osorio Rodriguez
Musique, Fernando Elices Martinez
Mise en scène, Marta Manrique Cobian
Durée 70’

Jeudi 3 juillet à 23h

Renseignements : www.teatroacorte.it
Sur place : Unione Culturale Franco Antonicelli
Via Cesare Battisti n.4 bis, Torino  tel. 0039 011 45 46 007 ou 0039 011 56 21 776

Partager cet article

Repost 0
Published by Mattia SCARPULLA - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche