Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 09:05

Après Inferno dans la cour d’honneur, Romeo Castellucci poursuit son voyage dans l’œuvre de Dante.

Précipiter le Purgatoire sur une scène de théâtre

Lors d’une répétition publique à Senigallia, station balnéaire de la côte Adriatique où eurent lieu les répétitions en juin, une spectatrice s’était inquiétée de la suite des évènements : « si c’est ça le purgatoire, qu’est-ce que ça va être l’enfer… » La version du Purgatoire de Romeo Castellucci est en effet d’une violence insoutenable, elle raconte l’histoire d’un inceste dans une famille bourgeoise. D’ordinaire le metteur en scène italien représente une forme de théâtre qui peut être vécu comme une menace pour le théâtre de texte, son Purgatorio pourtant fait entendre un texte, et une forme quasi classique : personnages (le père, la mère, l’enfant), dialogues, décor réaliste. Cependant ce n’est pas une adaptation : « Je veux lire, relire, dilater, marteler et étudier à fond La Divine Comédie pour pouvoir l’oublier, la précipiter sur la terre d’une scène de théâtre… Ce Purgatoire est un « canto della terra », matériel et concret. L’homme devient un être curieux, sans cesse arrêté par le concret des choses et des objets. Les personnages font l’expérience du corps banal, des retrouvailles avec les matières de la vie. Ils se savent condamnés à errer parmi la réalité. C’est donc une expérience de la lucidité qui dérange, fait peur, comme si les sensations et les corps se dissolvaient dans la matière. Le dispositif scénique donne un grand rôle aux objets. C’est le moment le plus complexe, car il faut trouver un dispositif où apparaît très nettement le jeu du théâtre. »



Ouvre la bouche, ouvre ta putain de bouche !

Les personnages de la pièce se fondent dans ce grand décor d’objets : canapé, table, meubles, lit, chaises, frigo, plantes, télé, tout est reconstitué. La représentation emprunte ses formes à l’opéra (décor réaliste monumental), le cinéma (cinémascope et micros HF) et la machinerie théâtrale (changement de décor construit comme une boîte, jeux de cintre…). Une mère prépare à manger à son fils. L’enfant refuse de manger car il a mal à la tête, il va regarder la télé dans sa chambre. Le père rentre du travail, il est fatigué et raconte sa journée d’un air las. Des dialogues insignifiants entre le mari et la femme renforcent l’ennui et la banalité de leur vie quotidienne. Une inquiétude vient se glisser dans ce réalisme et l’envahit. Puis c’est la scène de l’inceste. On entend juste des bruits, des cris, des souffles : « ouvre la bouche, ouvre ta putain de bouche! ». On est seuls face à la scène vide pendant environ 5 minutes. Après le viol, le père redescend l’escalier dans la pénombre. Lors de la deuxième représentation, un spectateur a crié à l’acteur, violemment : alors, c’était bien ? L’acteur a continué à jouer. L’enfant s’est glissé derrière lui, comme tous les soirs, et s’est appuyé contre son épaule. «Je voulais parler de la force invincible du pardon. L’insupportable, c’est que la victime puisse pardonner au bourreau. » La deuxième partie du spectacle ressemble davantage aux visions oniriques de la Raffaello Sanzio : on voit à travers un écran - oeil circulaire un ballet de fleurs gigantesques sur un ciel orageux (on dirait une bataille d’Uccello) puis une chorégraphie qui bouscule les rôles : un grand et mince danseur prend la place de l’enfant en culotte courte, un acteur handicapé celle du père. Le choc est violent, la gêne des spectateurs est palpable, elle renforce des réactions très distinctes. Il y a ceux qui souhaitent fuir ce cauchemar au plus vite et ceux qui debout  participent longuement à la standing- ovation médusée…

Matthieu MEVEL (Avignon)

Purgatorio  se joue tous les jours à 18h à Châteaublanc, au parc des expositions, jusqu’au 19 juillet. Relâche le 13.
Avec Irena Radmanovic, Pier Paolo Zimmermann, Sergio Scarlatella, Juri Roverato, Davide Savorani

Romeo Castellucci (texte, mise en scène, scénographie, lumières et costumes)
Scott Gibbons (musique)
Giacomo Strada (collaboration artistique)
Cindy Van Acker (chorégraphie)
Istvan Zimmermann et Giovanna Amoroso (sculptures, mécanismes)
Guiseppe Contini (automates)
Zapruder filmmakersgroup (images)
Production : Le Maillon, Le Théâtre - scène nationale de Poitiers, Kunsten Festival des Arts, Opéra de Dijon, Vilnius International Theatre Festival Sirenos, Vilnius, Emilia Romagna Teatro Fondazione, Barbicanbite09, Tokyo International Arts Festival, Napoli Teatro Festival Italia, Spill Festival, UCLA Live, Athens Epidaurus Festival, Nam June Paik Art Center, Cankarjev dom, Festival d'Avignon, Festival La Bâtie, Théâtre deSingel, Societas Raffaello Sanzio
Photo © Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon
 



Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu MEVEL - dans Festival In 2008
commenter cet article

commentaires

Julie Lemaire 17/05/2009 19:57

Roméo Castellucci encense le théâtre National de Bruxelles du 14 au 17 mai, dans le cadre du KunstenFESTIVALdesArts.Le purgatoire, un endroit d'extrême éternité où l'âme se punit elle-même de ses péchés...La métaphore est grandiose, le résultat produit sur le spectateur sans appel, les créations techniques hors du temps, au-dessus de tout ce qui a pu, peut et pourra se faire.Du grand art...

Novalis 22/07/2008 11:37

Du véritable Castelluci : pas du théatre.Installation technique de haut vol, mais presque rien derrière.Je ne peux pas même dire que je n'ai pas aimé : je suis entré puis je suis sorti. Entre les 2 j'ai perdu mon temps. nb : sans parler du fait délirant qu'il faille outre le spectacle (déjà pas donné) payer les navettes pour se rendre sur les lieux.... Le OFF à la décence de les offrir

Chronique Fraîche