Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 10:25
DERRIERE LES BARREAUX

Impressionnant huis-clos, où nous nous trouvons enfermés avec un monstre, dans un face-à-face terrible, tout juste séparés par une grille de celui dont se déroule alors le procès.

C’est un procès à une voix, une voix terrible, tempêtueuse, celle de l’accusé. Gilles de Rais, Maréchal de France, compagnon de Jeanne d’Arc, est accusé d’enlèvement, de viol, de torture, de meurtre, sur 140 enfants. Tout au long des trois actes, il se dépouille de sa cuirasse, de ses ors et brocards puis de sa tunique de condamné, en même temps qu’il fait tomber les masques, peu à peu. Chrétien exemplaire ignoblement accusé, puis victime pitoyable, enfin monstre se délectant de ses turpitudes, dans tous les cas c’est une personnalité hors du commun, d’une extrême violence.



De l’autre côté de la grille

L’espace exigu de la Chapelle Sainte-Claire jette les spectateurs en pâture au monstre malgré les barreaux de la cellule. L’accusé éructe, supplie, se délecte, plantant son regard dans les yeux de chacun de nous comme des poignards ; et nous, les accusateurs, les juges, les Inquisiteurs, nous voilà mis à mal par le monologue vertigineux et parfois insoutenable de ce Barbe-Bleue, dont les forfaits vont bien au-delà de l’inimaginable. Et il raconte, il se délecte, il se vautre dans son ignominie...
Admiration, indignation, nausée, fascination : ce diable d’acteur est monstrueusement magnifique, puissamment odieux ; son jeu monumental ne laisse aucun répit, et au bout d’une heure et demie l’on sort en silence, comme écrasés, à peine plus aveuglés par l’intense lumière du dehors que par les ténèbres ignominieuses dans lesquelles ils nous a entraînés.

Geneviève DEWULF (Avignon)


Texte : Hugo Claus.
Interprète : Olivier Massart.
Mise en scène : Alexis Goslain.
Scénographie : Philippe Doutrelepont.
Costumes : Corinne De Laveleye.
Maquillage : Jean-Pierre Finotto.
Conseillère historique : Fenny Larsille.
Conception Costumes et décors : Ronald Beurms.
Décor sonore : Nicolas Vandooren.
Théâtre des Halles, Rue du roi René, 04 32 76 24 51. Du 5 au 31 juillet, relâche le 20 juillet. 17h, durée : 1h30.

Photos : Geneviève Dewulf

Partager cet article

Repost 0
Published by Geneviève DEWULF - dans Festival Off 2008
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche