Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 15:56

UN FESTIVAL DE MOTS

Seul en scène pendant une heure qui passe trop vite, Pierre Lerick déroule les instants choisis de sa vie. Du tragique au comique, on se ravit à l’écoute des mots qu’il manie comme un virtuose.

De la pénombre émerge Pierre Lerick. Il regarde le public. Nous sommes devenus les jurés imaginaires devant lesquels il explique pourquoi, de 235 coups de compas il a tué son père.
Pour cela il fouille dans sa mémoire. Ses souvenirs, à fleur de peau, affleurent à la surface dessinant un univers peuplé de personnages plus vrais que nature. Ceux-ci prennent vie à la grâce des mots et viennent habiter le récit de leur présence, tantôt cauchemardesque, tantôt drôlissime.
Pierre Lerick passe en revue son enfance et son adolescence au prisme des instantanés qui ont pesé sur son destin. Il égrène ses souvenirs : des vacances à la ferme au dénouement tragique, à sa première fois aux accents innocents et amoureux en passant par l’arrivée de la télévision à la maison, pour voir la lune sur grand écran, qui le priva de voir la lune du balcon.


Des mots dans tous les sens

Les mots de Pierre Lerick éclatent comme des bulles de savon dans l’air dévoilant un personnage tour à tour facétieux, irrévérencieux, tendre ou parfois démoniaque. Ils sont joueurs, se posent sur le public tantôt doux tantôt crus mais toujours poétiques et pleins d’esprit. Ils sont protéiformes, ciselés et décortiqués avec soin .
Dans ce monologue Pierre Lerick prend tous les visages et toutes les voix. Avant de se libérer, il passe par tous les états : révolte, tendresse, irrévérence, malice, folie.
Le fond sonore qui accompagne la pièce aide à la résurgence des souvenirs et nous promène dans plusieurs époques. Quant à la mise en scène, elle donne du rythme à la pièce qui passe de l’instant feutré à la transe techno en un instant.
Un moment délicieux dans l’intimité du comédien ; où l’on découvre les mille facettes de son monde intérieur.

Anne CLAUSSE

© Olivier SOCHARD

Le Compas dans l’œil
Interprète : Pierre LERICQ
Metteur en scène : Sophie PASCAL
Compositeur : Sébastien LIBOLT

THÉÂTRE DES BELIERS
du 10 juillet au 2 août
durée : 01h05
tarif : 15€
tarif carte off : 10,5€
tarif enfant : 10,5€
Téléphone réservation : 0490822107

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne CLAUSSE - dans Festival Off 2008
commenter cet article

commentaires

S.B. 16/07/2008 11:09

Mon coup de coeur de ce festival, pour les mots des maux, pour les mots d'humour, pour les mots musicaux, pour les mots non dits, pour les mots qui chatouillent l'imagination et vous enlèvent quelques années, sans lifting.Merci mr Pierre Lericq pour cette sensibilité d'artiste qui sait nous toucher là où ça doit.

Chronique Fraîche