Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 16:01

PERE UBU SUR SA BAUDRUCHE

Farcesque, clownesque et léger, comme ces dizaines de ballons multicolores qui jonchent la scène et s'élèvent dans les airs de la Volksbühne, l'Ubu roi de Dimiter Gotscheff penche plus vers le comique que le goût de la provocation, dans une version très librement adaptée.

On a bien entendu le retentissant et célèbre "Scheiße" ("merde" et non pas "merdre" comme chez Jarry) dès le début. Mais qui de ces deux hommes nus sur la scène est le père Ubu ? Dimiter Gotscheff semble vouloir nous rejouer Adam et Eve dans une forêt de ballons multicolores. On craint l'effet Volksbühne des grandes heures. Encore du nu, encore du trash, un peu gratuit. Et puis non, tout ça s'avère finalement très poétique, léger et drôle. Petit pincement de sein à la Michelangelo, grimaces de clown, un moment de grâce presque sans parole. Petit à petit l'homme-pas-encore-femme, cache son sexe entre des jambes croisées, cambre la ligne du dos, cligne des paupières. Il saisit le sexe de l'autre qui n'est autre que son cœur. Il devient femme, il est Mère Ubu.



Couple miroir

Dorénavant ils seront couple grotesque et fantasque, duo inséparable et à peine dissemblable. Même costume noir masculin et strict, mêmes talons hauts rouges et vernis. Le numéro de duettiste est tout à fait enthousiasmant. Samuel Finzi et Wolfram Koch explorent avec une jouissance palpable le registre clownesque, dadaïste et surréaliste. Que ce couple miroir échange à mi-parcours les rôles de père et mère Ubu ne constitue qu'une pirouette de plus. Les mots se dégustent en version amplifiée ou non. Le temps d’un menu à rallonge, mère Ubu passe au français. Ridicule et assoiffé de pouvoir, grotesque et grandiose, grossier et criminel, le couple ne nous est jamais antipathique. Gotscheff les traite avec sympathie, comme des monstres gentils, auxquels on sait gré d’avoir su se foutre du bon goût et des bienséances.

La scénographe Katrin Brack n’a rien laissé sur scène à l'exception de ces ballons de toutes tailles, qui se font tour à tour accessoires, armes meurtrières, jouets, décor, ou personnages. Comme des bulles de bande dessinée, ils flottent parfois au-dessus des têtes, montent et descendent par on ne sait quelle opération. La pièce se déguste comme autant de ces bonbons légers et multicolores. Le parfum de provocation et de scandale qui habitait l’Ubu de Jarry n’apparaît plus que très flou en arrière-fond. Gotscheff a choisi la farce plutôt que le brûlot. La poésie plutôt que la violence.

Un peu de Shakespeare et de Müller

Le réalisateur d'origine bulgare, tant salué par la critique l'an dernier pour son Ivanov, prend également de très grandes libertés avec le texte initial de Jarry, sans négliger tout de même de distribuer des « Scheiße » à tour de bras. Exit en revanche les actes où Père Ubu part au combat. La pièce est un condensé de Jarry avec quelques rajouts (Shakespeare et Müller notamment).

Nous étions prévenus, cet Ubukönig était monté d'après Jarry, réécrit par Maurici Farré et monté à "la manière de la Volksbühne". Autant dire un roi de troisième main, mais dont l'esprit n'est pas trahi malgré la place accordée à l’imaginatif et une mise en scène résolument moderne.

Stéphanie PICHON (Berlin)

"Ubukönig" d'après l'adaptation de Maurici Farré du texte d'Alfred Jarry "Ubu Roi".
Mise en scène : Dimitri Gotscheff
Dramaturgie : Maurici Farré
Décor/scénographie : Katrin Brack
Costumes : Ellen Hofman
Musique : Sir Henry
Lumière : Torsten König
Avec : Stephan Baumecker, Frank Büttner, samuel Finzi, Michael Klobe, Wolfram Koch, Sebastian König, Nele Rosetz, Axel Wandtke.

Prochaine représentation, le 4 octobre 2008, 19h30, à la Volksbühne am Rosa-Luxemburg-Platz, Berlin.
http://www.volksbuehne-berlin.de

Photo @Thomas Aurin

Partager cet article

Repost 0
Published by Stéphanie PICHON - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche