Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 18:58

CRUELLE COMEDIE HUMAINE

Partout, sommeille un Big Brother : voisin ou collègue de travail, toujours quelqu'un  nous jauge, nous juge, nous analyse. La sentence est souvent une remarque anodine, mais lorsqu’elle cache des haine et frustration, tout peut basculer et le pire peut arriver. Paranoïaque? La Compagnie Les Quatre Elles nous présente une satire aussi cruelle qu'hilarante sur les relations de bureaux.

Métro, boulot, dodo: c'est la valse des robots. Rose, Blanche, Douce et Belle sont des employées de bureaux ordinaires: un mari, 1,9 enfants et une doctrine, mélange de magasines féminins, de valeurs religieuses et de philosophie du bon sens. Leurs relations de travail: de la camaraderie forcée, des phrases banales et des piques acerbes lancés au détour d'une conversation rouge à lèvre. Mais les traits, même lorsqu'ils sont d'esprits, sont parfois empoisonnés.
Le monde de l'entreprise est une jungle: seules les plus forts survivent. La douce et timide Rose va payer les frais de son manque de caractère, au premier sang versé, au premier signe de faiblesse, ses collègues de bureau vont se jeter sur elle et la dépecer, tels des fauves affamés. Commence alors un harcèlement moral, un pugilat, auquel le public assiste impuissant. Il ne sait à qui s'identifier, la victime ou le bourreau? Il est vrai que nous sommes un peu les deux à la fois. On se surprend à rire de la verve de ces lionnes. Il y a quelque chose de malsain dans cette méchanceté gratuite, mais ne faisons pas de mauvais esprit: ces femmes nous ressemblent.



Le combat de la Femme contre le Marché

En effet, le texte sait taper juste. Tout y passe : la compétition interne à l'entreprise, la pression sociale qu'elle exerce concurremment, bien sûr, à la presse féminine et au qu'en dira-t-on, les difficultés d'être femme travailleuse et mère au foyer... On pardonnerait presque leurs violences à ces femmes au bord de la crise de nerfs.
Les comédiennes interprètent brillamment le rôle de ces femmes objectivées par le Marché, par leur rôle prédéfini au sein de la société: tout d'abord robots, elles ne retrouveront leur humanité que lorsqu'elles laisseront éclater leur colère, mais toujours, bien sûr, pour la survie du système. Le résultat, bien que perturbant, est drôle, rythmé et rondement mené. Un grand merci à cette troupe qui a réussi à prouver que Pierre Desproges avait raison en disant que «  oui, on peut rire de tout, on doit rire de tout ».

Sébastien COTTE

Hard Copy de Isabelle Sorente
Théâtre de la Poulie  23, rue Noël Biret 84000 Avignon à 20h35
Mise en scène: Esther Bastendorff
Avec: Esther Bastendorff, Emilie Jourdan, Marie Suran, Audrey Vandomme

Photo @ DR

Les réactions du public:

« C'est dynamique, énergisant, et tyrannique. Une des meilleures pièces à laquelle j'ai assisté durant ce Festival, j'en parlerai autour de moi. »
Wady, 36 ans, Infirmier




Partager cet article

Repost 0
Published by Sébastien COTTE - dans Festival Off 2008
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche