Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 14:58

À ROME COMME SI VOUS Y ÉTIEZ

Les Tragédies romaines mises en scène par Ivo Von Hove regroupent trois pièces de Shakespeare, « Coriolan », « Jules César » et « Antoine et Cléopâtre ». Des œuvres majeures, données en hollandais, qui traitent de la lutte pour le pouvoir et revisitent une histoire faite de bruit et de fureur.


On hésite, en pénétrant dans le gymnase Gérard Philipe, à caractériser la scène que l’on découvre. S’agit-il d’un centre commercial, des bureaux d’une grande entreprise, d’un studio de télévision… Des banquettes sont là, disposées en labyrinthe, partout des écrans d’ordinateurs, de vidéo, des panneaux lumineux, des enseignes de divers commerces. En passant, on nous apprend que les spectateurs peuvent pénétrer dans l’aire de jeu, se mêler aux acteurs et, lors de pauses imposées par les changements de décor, se restaurer. C’est que le spectacle est comme diffracté sur tous les écrans où l’on peut en découvrir de multiples fragments filmés en direct. Toutes les nouvelles technologies sont ainsi convoquées, condensées dans le temps et l’espace de cette prolifération de l’image et du commentaire qui sont notre lot quotidien. Les héros shakespeariens s’affrontent dans débats dignes des plus âpres confrontations de nos campagnes électorales. Ils sont encore interviewés par des journalistes à peine impressionnés par leurs invités légendaires. Quelques flashes d’information nous renseignent sur les épisodes de conflits qui opposèrent les Volsques aux Romains, César à Pompée, Octave à Antoine. Sans oublier, obstacle linguistique oblige, les sous-titres en français. Ici et là, on peut encore découvrir des reportages sur la guerre d’Irak, sur le Président Kennedy ou sur les exploits de Laure Manaudou : métaphores d’une éternelle soif de conquête, aiguisée par les séductions trompeuses de la compétition, de la guerre. Tous ces moyens déployés pour nous captiver, j’allais dire nous capturer, déroutent d’abord, et le regard s’y égare. Progressivement, pourtant, l’œil choisit sa focale, l’esprit sa quête préférée : pour les acteurs qui s’activent sur le plateau ou pour l’un des divers miroirs de ce kaléidoscope scénique.




Des temps déraisonnables


Lorsqu’on lui demande pourquoi il a choisi de monter ces trois tragédies dans la continuité, Ivo Van Hove répond : « Parce qu’il était nécessaire pour moi de faire un grand spectacle sur la politique et plus particulièrement sur des mécanismes qui produisent du politique. » On est en effet frappé par la similitude des enjeux qui traversent ces trois pièces. Une même volonté de puissance, une semblable libido jungienne, anime les principaux protagonistes des drames présentés. Elle justifie aussi des violences dont les traces sont comme les stigmates d’un insigne mérite. « Il aura de belles cicatrices à montrer au Sénat quand il briguera le Consulat » déclare, naïvement, la mère de Coriolan. Le spectacle nous entraîne ainsi dans la confusion et les convulsions d’une histoire romaine, contée ici comme une sorte d’immense saga qui court au long des siècles. Étrangement chacun des dénouements tragiques de ces crises qui secouent le pays, est comme la prémonition de ceux qui sont à venir et les héros semblent, en accomplissant leur destin, se baigner chaque fois dans le même sang. De son côté, l’utilisation des nouvelles technologies nous constitue en contemporains essentiels de ces récits, vivant dans un temps arasé qui inscrit l’épopée dans une troublante actualité.

 

Reste le verbe shakespearien. Il s’impose, en dépit de cette sollicitation constante de nos sens. Il triomphe même dans le fameux discours de Marc Antoine, lors des funérailles de César. Un texte, proféré, il est vrai, par un remarquable comédien, et spontanément applaudi par le public. Il faut également rendre hommage à tous les autres acteurs qui déambulent naturellement dans les divers lieux d’une scène vouée à une sorte d’ubiquité. Miracle du théâtre, ces personnages habillés en austères P.D.G. ou en secrétaires de direction restent terriblement romains… Et ces tragédies romaines toujours aussi universelles.

 

Yoland SIMON

 

Tragédies romaines.

Mise en scène Ivo van Hove

avec Barry Atsma, Jacob Derwig, Renée Fokker, Fred Goessens, Janni Goslinga, Mariek Heebink, Fedja van Huêt, hans Kesting, Hugo Koolschijn, Hadewych Minis, Chis Nietvelt, Frieda Pittoors, Alwin Pullinckx, Eelco Smits, Karina Smulders

Musiciens Ward Deketelaere, Yves Goemaere, Hannes Nieuwlaet, Christiaan Saris, Mattijs Vanderleen

Traduction Tom Kleijn

Dramaturgie Bart Van den Eynde, Jan Peter Gerrits, Alexander Schreuder

Musique Eric Sleichim

Costumes Lies Van Assche

Scénographie et lumières Jan Wersweyveld

Vidéos Tal Yarden

Assistant à la mise en scène Matthias Mooij

Assistant scénographie Ramon Huijbrechts

Assistant à la musique Ief Spincemaille

Directeur technique Götz Scwörer

Après le festival d’Avignon les Tragédies romaines seront données, les 23 et 24 août, au theaterfestival Vlaaderen d’Anvers, les 5 et 6 septembre au theaterfestival Nederland d’Amsterdam.

 

Photo © christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon

Partager cet article

Repost 0
Published by Yoland SIMON - dans Festival In 2008
commenter cet article

commentaires

Bertrand 18/07/2008 20:19

Il ne me semble pas que la méthode assimil soit autre chose que le néerlandais, la métonymie visant à désigner la hollande comme les pays bas aurait-elle vos préférences ! Vive la Hollande libre ?

Kwaschin 18/07/2008 14:39

Le metteur en scène est Ivo Van Hove et pas Von. En Hollande, on parle néerlandais et pas hollandais.

Chronique Fraîche