Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 09:05
OPERA-TION SEDUCTION

En choisissant de créer « L’Enfant et les sortilèges » au Festival, la compagnie la Volute ouvre la porte du monde lyrique au jeune public. Une ouverture simple mais qui ne cède pas à la facilité, pour une démarche audacieuse… et nécessaire.

Assis en tailleur, un enfant rêve au lieu de faire ses devoirs. Les réprimandes de sa mère le conduisent à se retrancher dans une rébellion bravache contre tout ce qui l’entoure. Mais quand les objets du quotidien contre lesquels il s’est vengé s’animent et prennent la parole, la bravoure du rebelle s’effrite et sa méchanceté, qu’il porte comme une bannière de sa liberté, s’étiole. Laissant place à la douceur de l’enfance…


Certes, l’histoire n’a rien de bien transcendant (bien que le livret soit signé de la richesse verbale de Colette). Et s’il ne s’agissait pas d’opéra, l’intérêt de la création serait sans doute bien mince. Mais toute la force du spectacle tient justement dans la dimension musicale de l’œuvre de Ravel qui offre, en 45 minutes, une palette musicale d’une rare richesse. Et permet au jeune public d’entrer dans un monde qui lui est trop souvent étranger : celui de l’opéra.

Simplicité et inventivité

La démarche de la compagnie La Volute est à cet égard remarquable. Elle a su s’émanciper des nombreuses contraintes matérielles de cet opéra en misant sur une mise en espace simple et inventive. La projection et l’animation de dessins d’enfants sur un écran devant lequel les chanteurs évoluent présente le double avantage de permettre une identification immédiate des personnages et d’accrocher l’imaginaire des enfants qui voient sous leurs yeux des productions qu’ils auraient pu faire eux-mêmes.

Et la magie opère. Petits et grands, dans un même enthousiasme, se laissent griser par la représentation et la qualité des voix. Opération réussie : l’opéra n’est pas un art qui cloisonne. C’est un art qui se donne, éduque et se partage. A tout âge.

Karine PROST

« L’enfant et les sortilèges » de Maurice Ravel, livret de Colette
Au théâtre de la Luna, à 11 heures
Mise en scène de Yannick Minès Noël

Photo © DR

Réactions du public :

« Le spectacle est génial ! J’ai beaucoup aimé la musique et surtout les chanteuses qui chantaient si haut ! » Louise, 8 ans.

« Le spectacle était très beau, ils chantaient très fort… j’ai adoré !!! » Samuel, 5 ans.

Partager cet article

Repost 0
Published by Karine PROST
commenter cet article

commentaires

pascal nègre 17/07/2008 21:22

Merci pour ce bel article superbement écrit...vous donnez envie à nous spectateurs potentiels de se ruer sur cette pièce...

TESIO DOMINIQUE 17/07/2008 12:35

Bonjour Karine,Merci pour ce très bel article. Juste une petite remarque cependant : la mise en scène est faite par Yannick Minès Noêl et André Delpierre.

Chronique Fraîche