Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

18 juillet 2008 5 18 /07 /juillet /2008 10:24

PORTRAIT D’UN HOMME DIGNE

Tristement célèbre, l’affaire Dreyfus est vue ici du côté de l’homme, pour dénoncer les hommes. Une manière de propager la parole de celui dont nous connaissons tous le nom. Découvrons ici toute la lumière sur les évènements qui conduisirent à le faire faussement accuser de trahison...

On suit « l’Affaire » en traversant les années. La fameuse dictée qui fût prétexte à son arrestation, « la parade de dégradation » qui lui fit perdre, aux yeux de tous, son honneur militaire, ses  années de réclusion sur l’Ile du diable, le tragique procès de Rennes, le mémorable « J’accuse » de Zola puis, enfin, la grâce. Douze années de tortures psychologiques et physiques qui laissent un homme détruit et humilié.



La pièce écrite par Pierrette Dupoyet aborde donc tous les éléments importants, possédant ainsi une réelle vertu didactique. Pas seulement. Elle renferme aussi la force d’une parole, qui surgit de l’horreur, pour dire qu’elle croit encore à la justice, en l’humanité.
Alors qu’il est emprisonné depuis plusieurs années déjà, surveillé en permanence, le moindre de ses geste épié et rapporté, qu’il supporte nombre de sévices, Alfred Dreyfus a la voix du courage, de la ténacité et de l’espoir. Sans rancune, il veut uniquement que la vérité éclate enfin.
Enfermement
Ses années de captivité sur l’Ile du Diable constituent la plus grande partie du spectacle et, même lorsqu’on en sort, l’espace confiné de la scène témoigne encore de la réclusion. Après tout ce temps, elle est pour Dreyfus autant psychologique que physique. Un subtil jeu de contraste entre noir et blanc accentue ce sentiment d’enfermement. On ne verra jamais la lumière.
La mise en scène signée Stéphane Russel, se centre sur l’individu au cœur du personnage public. On y voit Dreyfus, pendant ses longues années de solitude qui cherche à démêler les fils de l’affaire pour comprendre. On le voit dans les affres de la tourmente, de la souffrance, de l’abandon, parvenu au bord de l’anéantissement, tenir bon.
David Arveiller incarne un Alfred Dreyfus noble dans la douleur, qui lutte sans relâche pour prouver son innocence et retrouver sa dignité. Une pièce engagée et politique,  pour se souvenir, témoigner et transmettre.

Anne CLAUSSE


Dreyfus l’Affaire, de Pierrette Dupoyet au Théâtre Le Cabestan, à10h45.
Réservation 0490861174
Interprètes : David Arveiller, Perrine Dauger
Mise en scène : Stéphane Russel
 
Photo © DR

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne CLAUSSE - dans Festival Off 2008
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche