Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

18 juillet 2008 5 18 /07 /juillet /2008 10:27

UN COEUR-A-COEUR INTIMISTE

Un spectacle mi-musical, mi-poétique, qui s’inscrit dans l’air du temps, au croisement de diverses formes d’expression artistique, mais auquel il manque pourtant un soupçon d’âme.

Le casting est évidemment excellent : Verlaine dans le rôle principal, avec Fauré, Debussy et Reynaldo Hahn pour lui donner la réplique, on ne pouvait rêver mieux. Néanmoins ce spectacle, sympathique et bien conçu, présente les - quelques - défauts de ses qualités.
La multiplicité du propos restitue bien la complexité du personnage Verlaine ; les projections vidéo surannées lui donnent en outre de la profondeur, dans l’espace et dans le temps ; on s’émeut d’entendre Il pleut sur mon cœur dialoguant avec des compositeurs de même tonalité, interprétés aux piano et violoncelle. Les lumières proposent également leur partition à jeu égal, et les comédiens-musiciens sont habités par leurs personnages.



Polyphonies ou unisson ?

Toutefois, pendant un premier tiers du spectacle, on attend un peu le déclic. Ce n’est en effet que peu à peu ce « Colloque », « sentimental » dès le début, construit son unité. Paradoxalement peut-être - mais n’est-ce pas le propre d’un colloque ? -, c’est au moment où des interlocuteurs entrent en jeu, où le monologue devient dialogue, où d’autres voix se font entendre, que le poème prend sa pleine mesure et trouve sa cohérence interne. La pianiste comme partenaire du jeu amoureux, le violoncelliste comme contradicteur, les projections vidéo décalées (la Grand-Place de Bruxelles inversée..) offrent alors un arrière-plan crédible à une vie qui, d’un coup, prend épaisseur et sens dans l’historicité et dans laquelle nous nous sentons alors invités.
Ce bon spectacle n’a finalement besoin que d’un tout petit je-ne-sais-quoi... pour être un très bon spectacle.

Geneviève DEWULF


Colloque sentimental  au Théâtre du Chêne Noir (04 90 82 40 57) du 5 au 27 juillet, à 11h.
Interprètes : Erwan Daouphars, Vincent Malgrange, Mara Drobresco.
Metteur en scène : Quentin Baillot.
Créateur lumières : Idalio Guerreiro.
Compagnie Querelle, Paris.


Photo @ Gilles Philippot.



Partager cet article

Repost 0
Published by Geneviève DEWULF - dans Festival Off 2008
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche