Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

18 juillet 2008 5 18 /07 /juillet /2008 11:18

TABLEAU DESENCHANTÉ

Qui se souvient d’Andrea del Sarto, peintre florentin précurseur du maniérisme? En retraçant le parcours déchiré d’un talent injustement mis à l’ombre, Musset jette la lumière sur  le destin d’un homme capable de sacrifier son génie par amour. La Compagnie des Désaxés offre à une tragédie poussiéreuse une nouvelle jeunesse. Dynamique, profonde, subtile.

L’atelier de Sarto a quelque chose de lugubre malgré les couleurs flamboyantes de ses peintures monumentales et la lumière rouge qui inonde les tables de travail. Maître et élèves s’affairent dans une atmosphère menaçante. Des images vidéos, inquiétantes, ponctuent la narration invoquant la violence intérieure qui anime l’homme déchu : masques grimaçants, nature mystique, enfants-poupées, scènes de luxure, corps ensanglantés... Un monde cauchemardesque, sous le signe d’une esthétique picturale, caressant les désirs enfouis, entre exaltation et mort. Du génie perce la destruction. Peu à peu l’artiste brillant, chargé d’une noble commande de François Ier, s’efface pour laisser place à l’homme vulnérable capable de tout sacrifier pour l’objet aimé.



L’art de la destruction

François Tantot incarne un del Sarto brillant de douleur, glacé de colère, ardent de vérité, une beauté mélancolique presque naïve devant  le monde qui s’écroule sous ses pas. Une chute que ses compagnons, disciples, tantôt amis tantôt traîtres tentent en vain de freiner. A tour de rôle, chacun  fuit la tempête destructrice qu’engendre la déchéance du maître pour revenir auprès de l’ami. Alors que tout lui échappe, del Sarto se démène pour regagner son aimée, entre amertume et désespoir. C’est le récit d’une brusque descente aux enfers sublimée par une esthétique empreinte de peinture mystique, le tableau d’une déchéance humaine.

En alliant force du texte original et anachronismes scénographiques, Lionel Armand offre une mise en scène vivante et esthétique d’une pièce de Musset rarement jouée, soutenue par une équipe de comédiens solides impressionnants de dynamisme et de justesse.
                                   
Elsa ASSOUN

Andrea del Sarto
Texte : Alfred de Musset
Adaptation et mise en scène : Lionel Armand
Interprètes : François Tantot, Nathacha Picard, Anthony Liébault, Vincent Villemagne, Lionel Armand, Séverine Anglada, Florian Bardet.
Créateur lumière : Nicolas Combasson
Vidéaste : Emmanuelle Cornut
Maître d'armes : Eric Chatanay
Créateur masque : Franck Stalder
Fabrik’Théâtre, 32 boulevard Limbert, à 19h45  du 10 juillet au 2 août 2008.

Partager cet article

Repost 0
Published by Elsa ASSOUN - dans Festival Off 2008
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche