Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

19 juillet 2008 6 19 /07 /juillet /2008 01:02

BAROQUE FOISONNANT POUR PHILOSOPHE DÉSESPÉRÉ

Matéi Visniec, décidément à la mode (4 spectacles dans le Off !), est un auteur prolixe. Si « Mansarde à Paris » n’est pas son meilleur texte, la mise en scène espièglement surréaliste de Radu Afrim lui donne une vivacité convaincue après avoir bousculé l’œuvre originelle.

Cioran a été célèbre grâce à ses aphorismes lucides, presque cyniques. Visniec lui rend hommage sans pour autant aller puiser dans les écrits de ce philosophe du désespoir assumé. Il ne va pas davantage dans sa biographie, même si des événements sont extraits de la vie du Roumain le plus connu des Français avec Ionesco. L’ambition de l’auteur est d’inventer un imaginaire supposé se nicher dans la tête de l’écrivain vieillissant.

Mélange de délire et de tendresse, la pièce est servie par des comédiens qui se laissent gagner par une sorte de jubilation ludique. La palme échoit sans conteste à Constantin Cojocaru qui s’amuse à jouer au naïf, au roublard, à l’amnésique intermittent. Rien n’est laissé au hasard durant cette représentation où on ne craint ni les maquillages et coiffures extravagants, ni les costumes ahurissants, ni les objets hétéroclites, ni les accessoires décalés, ni une gestuelle caricaturée.

C’est la fantaisie en totale liberté. C’est un théâtre rêvé, parodiant parfois le cinéma muet burlesque, où tout est devenu possible : des godasses transformées en pigeon, des oreillers redevenus armes pour bataille de plumes, le temps bloqué devant le public, un aveugle visionnaire autant que voyant et quelque peu voyeur, un jeune suicidaire qui préfère les claquettes à la mort, un prof de philo qui singe les séminaires d’une Sorbonne « où on tourne en rond », un tango d’origine finlandaise …

Les trouvailles se suivent sans se ressembler, s’accumulent sans lasser. À condition expresse d’abandonner au vestiaire toute velléité de rationalisme, tout besoin de se référer directement au penseur des syllogismes de l’amertume. Quitte justement à courir ensuite relire celui qui a prétendu que l’idée d’avoir la liberté du suicide est la seule qui permette de survivre.

Michel VOITURIER


Au Théâtre du Balcon, 38 rue Guillaume Puy, à 10h15 jusqu’au 2 août (049085 00 80)

Mansarde à Paris. Les détours Cioran
Texte : Matéi Visniec (éd. Lansman)
Mise en scène : Radu Afrim
Distribution : Constantin Cojocaru, Maria Leena Junker, Marie Lune, Elena Popa, Valéry Plancke, Luc Schiltz, Andrei Elek
Vidéos : Mihai Pacurar, Mihai Sibianu

Coproduction : Centre culturel Kulturfabrik Esch / Centre culturel roumain Bucarest




Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans Festival Off 2008
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche