Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 12:05
COUP DE CŒUR DE RUE DU THÉÂTRE

UN SOUPÇON DE WAGNER AVEC MOUTARDE ET SAUCISSES

Prendre en otages la musique et la danse pour aller au bout de la dérision avec rigueur est une gageure tenue par le groupe bruxellois « Woosh’ing Machine ». D’où un spectacle délirant qui ne cesse de s’autodétruire en se reconstruisant.

Lorsque des artistes s’en prennent aux valeurs établies (artistiques, sociales, morales), ils font œuvre salutaire de remise en cause. Cela ébranle la sérénité routinière des hommes et des sociétés. Il est vrai que, parfois, lorsque les repères se sont effrités, il n’est pas facile de les remplacer. Aux philosophes, aux idéologues, aux politiciens de rénover la pensée et l’action.


Les six danseurs musiciens comédiens de « Bayreuth FM » renouent à leur façon avec un propos attribué à Erik Satie, qui affirmait : « Wagner : de la musique avec choucroute ». Ils s’en donnent à cœurs joie et à corps perdus dans une formidable macédoine de sons, de gestes, de mots, de pitreries du plus réjouissant résultat qui soit.

Un fameux bazar

Face au public, les intervenants se trouvent dans un studio de radio indépendante dédiée au compositeur du « Crépuscule des Dieux ». Les présentateurs passent des CD, interviewent des musiciens ou des chanteurs, donnent des informations. C’est un fameux bazar, comme on dit à Bruxelles. Les gens vont et viennent, passent et repassent, apparaissent avant de disparaître. Ils font tout ce que l’auditeur ne voit pas. Ils vident des canettes, s’empiffrent de saucisses de Francfort trempées dans la moutarde. Ils se taquinent ou s’émoustillent. Ils enfilent des perruques pour se déguiser en Siegfried et Brünehilde. 

La musique entremêle Wagner, Schuman, Del Campo et… Saint-Preux. Elle s’impose avec la voix d’Ina Geerts, les guitares préparées de Stéphane Broc et le trombone de Christophe Morisset. Les sonorités contemporaines se marient avec les mélodies du passé. Le grandiose de l’opéra se heurte à la mesquinerie des actes ordinaires et aux bévues des protagonistes. Les relations entre les êtres, sous la caricature, rejoignent en vrai celles des héros inventés. Les danses derrière des allures dégingandées sont sophistiquées et rigolotes. De quoi procurer moult plaisirs à ceux qui laissent au frigo leur souci de comprendre au premier degré une représentation dont le rythme est sans faille.

Michel VOITURIER

Aux théâtre des Hivernales, 18 rue Guillaume Puy à 18h jusqu’au 23 juillet (0490 82 33 12)

Bayreuth FM
Conception : Mauro Paccagnella
Interprètes : Ina Geerts, Lisa Gunstone, Ben Mohammed Benaji, Stéphane Broc, Christophe Morisset, Mauro Paccagnella
Aide dramaturgie, mise en scène : Christophe Morisset
Musique originelle : Christophe Morisset, Ina Geerts
Musique originelle, vidéo : Stéphane Broc
Lumières : Jef Philips
Costumes, assistante à la mise en scène : Fabienne Damiean

Coproduction : Woosh’ing Mach’ine - Charleroi/Danses - Les Tanneurs.


photo Stéphane Broc

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans Festival Off 2008
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche