Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

2 août 2008 6 02 /08 /août /2008 00:40
IVRESSE DES PROFONDEURS

Immergez vous sans risques dans ce rade: 6 personnages, 6 histoires, 6 perles… Le monde vous interpelle depuis le comptoir.

A l’entrée, ce sont 4 hommes en scaphandres, silhouettes extraterrestres, qui vous plongent dans l’ambiance subaquatique d’un monde étrange, baigné de bulles de savon. Voilà le cadre, tiré à grands traits, d’où les BEN’ ARTs vont faire surgir 6 personnages aussi extravagants que terriblement réalistes. Après l’explosive performance de Kernok le pirate (Avignon 2006), ils confirment leur talent pour faire de la scène le lieu où l’on raconte des histoires. Cette adaptation des nouvelles de Stefano Benni concentre des textes pleins de verve, d’humour, de satire, de poésie et de tendresse de l’auteur italien. Les acteurs jubilent, révèlent la saveur des mots et se délectent de mettre en jeu cette parole qui invite à un véritable voyage dans les profondeurs… de l’humanité.



La vie, le monde, sont à l’image des histoires qui se racontent dans ce bar. La confession de comptoir y devient récit épique, incarné avec une vitalité hallucinante par trois comédiens dont les jeux alternent, se répondent ou se mêlent en chœur. Cette subtile orchestration est accompagnée par la guitare de Philippe Leroy qui habille de nappes abyssales et de déflagrations métalliques cet univers où l’on rêve éveillé. Car on croit rêver tant le rythme effréné fait s’alterner des espaces singuliers et joue sur des émotions contrastées.

Le prétexte de cette immersion est la chute dans la mer d’un vieil homme ; il est suivi par le conteur qui le retrouve dans cet inter-monde où tout doit se dire. Cela commence par une discussion sur le cyclisme qui tourne au combat titanesque pour un vélo. Le pittoresque côtoie l’absurde dans des échanges fleuris et truculents à souhait… Puis vient une femme, elle nous livre les lettres de son amant, un journaliste qui dévoile son insidieuse compromission dans le fascisme… Passe ensuite le roi de la route, fou du volant, ivre de vitesse... Apparaît alors l’enfance et ses sortilèges à l’épreuve de la vieillesse et de la mort… Surgit aussi le fils du vieil homme tombé à la mer qui évolue dans un California dream virant à la série B cauchemardesque… C’est, enfin, le cinéma de village et une programmation ad hoc déclinée jusqu’au film X du samedi soir détrôné par… une course cycliste ! Retour au vélo, victoire héroïque de Coppi, la boucle est bouclée.
1h30 de traversée pendant laquelle on se laisse, proprement, embarquer par ces conteurs passionnés. Entrez dans ce bar et laissez vous griser par une parole subtilement distillée.

Bérénice FANTINI

Un bar sous la mer, au théâtre LE RING  à 21h30, jusqu’au 31 juillet
avec : Jean-Philippe De Oliveira, Fred Egginton, Dom Herbet, Philippe Leroy
Musique : Philippe Leroy
Téléphone réservation : 0490270203

Photo © DR

Partager cet article

Repost 0
Published by Bérénice FANTIN - dans Festival Off 2008
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche