Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

4 août 2008 1 04 /08 /août /2008 01:21
LA SOLITUDE DU LAVE-LINGE

La condition de la femme est au cœur de cette pièce de Franca Rame et Dario Fo. Bien que pleines de conviction, l’interprétation et la mise en scène sont trop justes pour laisser autre chose qu’un goût d’inachevé.

Une femme seule écoute la radio en repassant son linge chez elle, face à la fenêtre. Elle semble gaie et lorsqu’elle s’aperçoit qu’elle a une nouvelle voisine, elle ne peut s’empêcher de lui raconter sa vie. C’est ici que la pièce de Franca Rame et Dario Fo vire au drame, car la vie de cette pauvre femme est loin d’être un conte de fée. Séquestrée par son mari depuis qu’elle a tenté de se suicider, battue, brimée de toutes les façons imaginables, elle ne connaît de la vie que ce qu’un appareil ménager peut en connaître… Pas grand-chose.

Cette femme semble atteinte d’une douce folie. Le spectateur, tout comme la voisine, ne comprend pas sa léthargie presque bienveillante. Progressivement, le texte dévoile sa profondeur, son essence revendicatrice, la dénonciation du pouvoir des hommes sur les femmes. Car le déni de la femme, son manque de réaction face aux brimades quotidiennes n’est pas le reflet d’une faiblesse mais le symptôme d’une sorte de lavage de cerveau opéré par l’homme sur la femme dont toute volonté est brisée. « Je fais tout intérieurement » dira-t-elle, car c’est bien là que se passe ce grand combat qu’elle doit mener contre la marque imprimée chaque jour plus profondément par son mari dans son âme.

Le texte de Franca Rame et Dario Fo est émouvant et l’engagement de Muriel Anastaze-Ruf, metteur en scène et interprète de cette pièce, n’est jamais mis en cause. Elle entre dans le rôle de cette femme battue avec la conviction évidente de ceux qui croient en une cause. Mais la mise en scène est par trop sommaire et son jeu trop stéréotypé pour donner à cette pièce toute l’ampleur qu’elle mérite et que Muriel Anastaze-Ruf souhaiterait manifestement lui donner.

Morgan LE MOULLAC

Une Femme seule
Au Théâtre du Vieux Balancier à 23h, 04 90 82 41 91
Mise en scène et interprétation de Muriel Anastaze-Ruf
Technique de Nikolaus Ruf

Partager cet article

Repost 0
Published by Morgan LE MOULLAC - dans Festival Off 2008
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche