Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

4 août 2008 1 04 /08 /août /2008 01:39
UNE MEMOIRE… A TIROIRS

Un portrait en pointillés de Cioran, entre souvenirs et mémoire qui s’efface pour une évocation touchante et esthétique.

Cioran perd la tête et ses pensées s’évaporent dans le temps… Le philosophe a prôné l’absurdité de l’existence toute sa vie. Il aurait pu aller jusqu’à l’ironie de la mort. Atteint de la maladie d’Alzheimer, il erre les dernières années de sa vie à l’hôpital Broca où sa mémoire part en miettes. Matéi Visniec saisit cet instant de dilution de la conscience pour faire un portrait en pointillés du penseur. Un scanner théâtral qui pénètre le cerveau de Cioran pour recréer les connexions de sa pensée et les grandes lignes de sa vie. Cioran se balade comme un promeneur solitaire dans les méandres de sa mémoire. Son passé s’égrène peu à peu comme un chapelet et la maladie resserre ses filets en douce pour ne laisser qu’un grand blanc dans l’univers du philosophe qui voyait dans le suicide la seule porte de sortie acceptable.



La mort dans le placard

La maladie d’Alzheimer rend opaque la mémoire de Cioran qui erre sur scène parmi les voiles de mousseline qui absorbent un peu plus ses souvenirs. Le blanc domine l’espace dans ces épisodes de réminiscence. Blanc de l’hôpital, des malades et des infirmiers, blanc des souvenirs qui reviennent sur la pointe des pieds. Cioran fait des aller-retour entre une conscience à peu près présente pour replonger dans la confusion du temps et des moments. Radu Dinulescu utilise habilement les images de synthèse pour nous immerger dans la mémoire du philosophe. Une introspection virtuelle qui cadre chaque épisode de souvenirs. La symbolique des objets et des personnages jalonne la pièce pour donner des clés de compréhension sans permettre toujours d’ouvrir les portes des souvenirs. La mémoire s’incarne par la dame en blanc qui donne des miettes au pigeon et tente désespérément de raviver les souvenirs du penseur. La mémoire se décompose comme dans un rêve où l’inconscient disperse ses indices. Chaque tableau qui évoque un moment de la vie de Cioran se compose de notes de fantaisie dans lesquelles le comédien Denis Wetterwald, incarne ce vieux sage un peu déboussolé et terriblement touchant. 

Ange LISE

Photo © DR

Sortez de l’armoire Monsieur Cioran ! De Matéi Visniec
A l’Espace Roseau
Mise en scène de Radu Dinulescu
Avec Denis Wetterwald, Dana Dumitrescu, Dan Zorila, Alain Leclerc, Iulian Enache, Laura Bilic, Marian Adochitei, Cristina Oprean, Mihai Sorin Vasilescu, Florina Diaconu, Lana Moscaliuc, Ramon Florentin, Patrick Harivel, Pavel Bârsan


Partager cet article

Repost 0
Published by Ange LISE - dans Festival Off 2008
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche