Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 12:02
POTACHES ET HEUREUX DE L’ETRE

Deux hurluberlus s’emparent de la scène du Point Virgule avec un show surdopé à la bonne humeur et à l’humour résolument potache. On passe un excellent moment en leur compagnie tout en revoyant immanquablement défiler quelques souvenirs d’enfance…

Ces deux sbires ne seraient-ils pas tombés, à l’instar de De Funes dans le chaudron de chewing-gum dans « Les Aventures de Rabbi Jacob», dans la marmite où glougloutait un drôle d’élixir ou un élixir de la drôlerie ? A moins qu’il ne s’agisse d’un de ces cocktails méchamment hallucinogènes qui vous expédient dare dare dans un autre monde : celui de l’enfance mâtiné (voire gratiné) d’une couche de détails très adultes. « Les copains » c’est un peu comme « Retour vers le futur » : on retourne dans le passé mais en sachant ce qu’il s’est passé dans ce qui devient le futur… Le tout savamment arrosé d’humour avec force calembours, lapsus et aussi un bon zest de férocité…



Copain 1 et Copain 2 arrivent dans la salle de classe. Ils sont en CE1 et la maîtresse, qui n’est qu’une voix off (complètement off et même franchement out) semble noyée dans un verre d’eau, celui qui lui sert à avaler ces Lexomil, Tranxène et Vallium… Elle leur demande d’écrire une histoire à la façon de Dumas (« Pas Roland, pas Mireille, celui qui a réussi »). Les voilà partis dans un monde imaginaire avec leur cheval Ikéa (affublé d’un tel nom parce que « facile à monter »), leurs épées en carton et des exploits à accomplir plein la tête, à commencer par conquérir le cœur de la copine de classe…



Dissipés mais professionnels

A partir de cette situation un poil exagérée au regard de ce qu’il se passe dans certaines de nos belles écoles françaises, Nicolas Tarrin et Olivier Solivérès vont s’en donner à cœur joie à surfer sur la vague des blagues parfois faciles mais efficaces, des jeux de mots parfois empruntés (Pierre Dac et Francis Blanche entre autres : on fait pire comme emprunt…) mais aussi quelques joyeuses trouvailles. Le texte est précis, rigoureux et les répliques tombent à point nommé dans un déferlement de rires largement mérité.
En un peu plus d’une heure seront dynamités au milieu de blagues potaches totalement assumées quelques poncifs (des « Trois Mousquetaires », le Roi Soleil et quelques autres…) et travers humains, jusqu’au final qui surprend mais agréablement car s’intégrant parfaitement dans l’ensemble. Et c’est précisément ce mélange qui fait la différence, en plus d’un jeu tonique et d’un réel plaisir de faire rire par tous les moyens. Potache, garnements, dissipés mais surtout très professionnels, les Copains…
Après ce spectacle, on ne fera peut-être plus rimer enfance et innocence. Mais on regrettera de ne pas pouvoir faire la route dans l’autre sens pour n’avoir pour autre souci que de draguer les filles et se marrer comme des baleines…

Franck BORTELLE (Paris)

Les Copains (Cocaïne et Pâtes de Fruits !!)
De Grégoire Dey, Carole Greep, Olivier Solivérès, Nicolas Tarrin
Mise en scène Juliette Galoisy
Avec Nicolas Tarrin et Olivier Solivérès
Au Point Virgule, 7 rue Saint-Croix de la Bretonnerie, 75004 Paris (M° Hôtel de Ville)
Tel : 01 42 78 67 03
Les dimanches, lundis et mardis à 19h00
Jusqu’au 30 septembre 2008.

Photos : François Raison

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck BORTELLE - dans À Paris 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche