Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 14:04
BOUT À BOUT POUR PETITS BOUTS DE CHOU

Avec quelques fils, cordons, cordelettes, Alain et Brigitte arpentent une journée de travail. Ils les transforment en marionnettes rigolotes, inventives, coquines, poétiques.

Un couple dort dans une armoire. L’homme et la femme travaillent sur place au rythme donné par un signal automatique. Ils ne savent trop ce qu’ils fabriquent. Ils suivent les instructions de manière quasi systématique, sans vraiment se poser de questions. Durant les pauses, ils s’amusent avec de petits êtres souples, malicieux.


Cette histoire est d’une merveilleuse fraîcheur. Peu de mots, parfois même les dialogues frisent le grommelot, mais ils sont directs et expressifs car il y a du clown dans cette femme et cet homme qui vivent un quotidien légèrement décalé. Rien de violent ni d’agressif dans cette existence, juste d’inévitables petites tensions vite résolues.

La caricature est gentille sans être mièvre. Elle mène à s’interroger à propos de la nécessité de travailler, de comprendre à quoi on sert. Elle amène à des séquences pimentées de gags que les marionnettes en bouts de ficelle, avec leur maniabilité infinie, avec leur linéarité de dessin au trait, animent avec entrain. Elles prouvent qu’il est bon de jouer, de danser, d’explorer, de rencontrer. Mais également qu’il est normal qu’il y ait des peurs, pour du vrai ou pour du rire. Et que le rôle des adultes est de rassurer.

L’inventivité n’est jamais prise en défaut. Le répétitif est présent, certes, uniquement pour assurer ces repères indispensables aux petits et relancer les mécanismes du comique. L’armoire à surprises ne cesse d’ouvrir des portes ou des tiroirs où se passe un événement neuf, où des personnages différents surgissent. Leur langage est à cent mille lieues des criailleries devenues le lot habituel des voix caquetant dans les dessins animés commerciaux.

Michel VOITURIER

Aux Rencontres du Théâtre Jeune Public de Huy les 18 et 19 août

Ficelles (tranche d’âge : 2 ½ - 5 ans)

Texte et interprétation : Valérie Joyeux, Vincent Raoullt
Mise en scène : Véronique Dumont
Sénographie : Arnaud Van Hammée
Costumes : Marie Kersten
Décor sonore : Vincent Raoult
Lumières : François de  Myttenaere

Production : Foule Théâtre
Site web : www.fouletheatre.be

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche