Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 15:48
ÊTRE FIER DE SON ENFANT

Un papa revoit les épisodes qui ont marqué les étapes de l’évolution de son garçon. Il tente de clarifier sa responsabilité dans les conflits qui les opposèrent.

Ce monologue d’un père présente l’intérêt de mettre à jour les difficiles relations qui se développent au fil des ans entre parents et enfants. L’autorité des uns et le besoin de liberté des autres sont source de ces heurts indispensables à une évolution vers l’âge de la maturité. Mais lorsque l’adulte a tendance a imposer ses vues sans tenir compte de la personnalité de son rejeton, lorsqu’il est dévoré par le temps consacré au métier plutôt qu’aux échanges affectifs, cela se passe dans le conflit, la frustration, l’entêtement, voire la rupture.


Cela risque néanmoins de ne pas faire mouche pour une série de raisons. Si Jacques Esnault fait une évidente performance d’acteur, il a tendance à surjouer et donc à lasser. Le texte n’évite pas une série d’incohérences qui décrédibilisent le propos. La mise en scène en accumule d’autres qui suppriment très vite le faux suspense du fait que la médaille que recevra le fils pour son courage est posthume.

L’apparition du personnage sous un « linceul » rouge n’est nullement un signe clair. Ses paroles s’adressent à son invisible interlocuteur comme s’il était partout mais il use paradoxalement d’une porte entrouverte comme s’il n’y avait qu’un seul lieu de présence. La systématisation épisodique d’artificiels effets d’éclairage pour des flashes back n’apporte rien.

Finalement, ce qui reste, c’est la tranche de vie des événements vécus au cours de l’histoire familiale. Chacun se reconnaîtra plus ou moins à travers les erreurs du paternel et les révoltes du fiston, à travers les tensions du couple et leur résolution en divorce. C’est un support suffisant pour s’interroger, se remettre en question, évaluer les obstacles individuels ou sociétaux qui empêchent l’amour de s’épanouir totalement entre des êtres en quête de leur personnalité. C’est encore un prétexte à examiner la pertinence d’envoyer des soldats européens combattre dans des guerres étrangères.

Michel VOITURIER

Aux Rencontres du Théâtre Jeune Public de Huy le 22 août 2008

Au nom du fils (à partir de 14 ans)

Auteur : création collective
Mise en scène : Patrick Duquesne, Giovanni Orlandi
Distribution : Jacques Esnault
Scénographie : Michaël Declercq
Dramaturgie : Patrick Duquesnes
Lumières : Arnaud Lhoute
Costumes, accessoires : Michaël Declercq

Production : Collectif 1984

En tournée : le 7.11.08 ( Athus)

Site web : http://c84.free.fr/


Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Europe 2007-08
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche