Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 10:46
ENTRE CARESSES ET REBUFFADES

Surgie  d’ailleurs, un enfant apeuré vient chambouler l’univers ronchon d’une sorte de Tatie Danièle.  Qui sera apprivoisée par l’autre ?

Le beau texte de Joël Jouanneau est servi dans un décor aux allures poussiéreuses, flanqué d’un moulin vieillot utilisé de manière incohérente puisque, par exemple, un des personnages y pénètre en ouvrant une porte et en ressort sans l’utiliser. Quoi qu’il en soit, l’atmosphère est plantée : nous sommes en un pays où la pauvreté s’est installée.


Procolp est âgée. Elle est revêche, radine, renfermée en son monde étriqué. Sa parole est rêche, caillouteuse, carrée. Tom, dont on ne sait trop s’il est gamin ou si elle est galopine, déboule un matin. C’est quelqu’un de craintif, de volontaire, d’obstiné à survivre. Il est fragile, recroquevillé dans ses peurs. Il lui arrive de faire pipi au lit. Badine c’est la voisine. Elle est la figure du témoin. Elle devient, sous la plume de l’auteur, la personne qui raconte, celle qui explique le théâtre, qui prend à parti.

Chassé par Procolp, Tom s’incruste malgré les mots durs contre les étrangers, contre ceux qui ont du sang manouche. La vieille finit par l’employer à des corvées, presque à l’exploiter. Elle se laisse petit à petit apprivoiser par l’enfant qui apprend à l’adopter, à la comprendre. Lorsqu’un jour le petit disparaît, c’est l’inquiétude, la recherche, le manque. Mais, une fois retrouvé, voici le père qui vient chercher sa progéniture, un père qui ne parle pas français et qui repart, laissant à nouveau Procolp dans sa solitude. Une solitude éclairée par le souvenir de sept jours de vie bouleversée.

Si l’interprétation n’est pas toujours probante, la pièce est pleine d’intérêts. Elle analyse avec justesse les relations entre les êtres, du rejet à l’adoption, de l’amertume à la tendresse. Elle incite à la tolérance, à l’acceptation des différences. Elle se base sur une écriture qui magnifie l’oralité en une musique rythmée, en opposition au mutisme de l’enfant.

Michel VOITURIER

Aux Rencontres du Théâtre Jeune Public à Huy le 23 août 2008

L'Adoptée
Texte : Joël Jouanneau, (éd.Actes Sud-Papiers, 2007)
Mise en scène :
Distribution : Emmanuelle Bonmariage, Nicole Duret, Loris Liberale, Déborah Rouach
Scénographie, costumes : Sandrine Clark
Lumières : Michel Delvigne

Production : Sequenza

Photo © SPJ Liège

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Europe 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche