Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 00:49
ON REMET LE COUVERT !

Forte de son triomphe au cours des deux saisons passées, la pièce écrite par Jean-Luc Lemoine repart à la conquête des spectateurs parisiens en mal de crispation des zygomatiques. Ils seront servis : un cocktail déconnant les attend. Sans prétention mais récréatif et plutôt bien interprété.

« Amour et chipolatas » : avec un titre aussi ringard, difficile en entrant à la Comédie Caumartin de ne pas afficher une moue sceptique qu’on arborerait devant une merguez calcinée ou une brochette pas assez cuite. Ce n’est pourtant pas à un de ces naufrages titanesques que nous convie cette joyeuse troupe de grands gamins rassemblés par et autour de la brave Margot. Eh oui, elle aussi pourtant s’appelle Margot, comme la paraplégique qu’incarna avec toute sa science de la dramaturgie l’immense Vanessa Demouy dans l’impérissable (qui rime avec minable) « Jeu 2 la vérité ». Là aussi, il est question d’un imminent mariage, celui de Margot évidemment.



Sauf que cette Margot-là, à la différence de la tarte demouyssienne, pète de trouille à l’idée de convoler. On la comprend : son futur est du genre impulsif névrosé incontrôlable qui sourit quand il perd une dent. Son truc : balancer les saladiers de punch à travers la tronche de ceux qui poseraient leur coupable regard de manière un peu trop insistante sur sa dulcinée. Elle veut donc se redonner des forces en invitant pour une soirée sympa les trois hommes qui ont le plus compté dans sa vie : son premier amour, VRP dans le Limousin qu’elle connut à l’âge de 11 ans, le garçon avec lequel elle partagea deux ans de vie commune et qui a viré sa cuti et un ex, gentil benêt qui double des films X pour gagner sa croûte. Trois caractères opposés auxquels vient s’ajouter le futur marié…

Lemoine un peu trop sage

L’argument est épais comme du papier à cigarette, qu’on se le dise. Sans la présence de Jean-Luc Lemoine à l’écriture, la barbecue party serait un four, cela semble évident. Mais l’impertinent pourfendeur de la bonne morale, l’impénitent jongleur de grossièretés impose sa griffe, même si elle s’avère un peu trop sporadique. Quelques détails trash du meilleur effet ponctuent ce dialogue très énergique et sauvent le propos de la totale platitude. D’excellentes répliques que les comédiens de toute évidence prennent un plaisir jouissif à balancer ajoutent le salvateur piment sur ces chipos qu’il convient de déguster avec un soupçon d’indulgence et une totale absence d’esprit « parisianiste blasé ». C’est drôle, bien ficelé, le décor est joli et même si l’ensemble pêche par inégalité, ramassé sur quatre-vingts minutes et porté par cinq comédiens en forme il offre un fort agréable moment dans cette sinistrose parisienne de rentrée. Chaud devant !

Franck BORTELLE (Paris)

Amour et Chipolatas
De Jean-Luc Lemoine
Mise en scène : Xavier Letourneur
Avec Sébastien Castro ou Benjamin Alazraki, Eric Mariotto ou Guillaume Bouchède, Laurent Hugny ou Alexis Victor, Florence Savignat ou Maud Le Guénédal, Christophe de Mareuil ou Martial Courcier
Lumières : Paula Anacleto
Décor : Thierry Benoist
Musique : Alexis Degay
Durée : 1h20
Comédie Caumartin, 25 rue Caumartin, 75009 Paris
(Métro : Havre-Caumartin)
Réservations : 01 47 42 43 41
Du mardi au samedi à 21h30, le dimanche à 15 heures.

Photo DR

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck BORTELLE - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche