Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 21:14
LES DIEUX SONT TOMBES SUR LA TETE

Voilà une adaptation physique de la pièce de Molière! La magie et le fantastique prennent le pas sur la satire, mais l'enthousiasme des comédiens est là. Un spectacle inégal mais rafraîchissant.

De cette pièce de Molière, dont la tonalité fantas(ti)que tranche quelque peu avec le reste de son répertoire, la postérité a retenu deux expressions: être un amphitryon (un hôte) et être un sosie.

Pour sa part, la troupe menée par Tiphaine Vaur et Alexandre Tourneur, acteurs et metteurs en scène, a surtout voulu en retenir la dimension absurde qui se dégage de certains dialogues et le burlesque qui pointe dans certaines situations abracadabrantes. C'est que l'Amphitryon de Molière, qui s'inspire largement de Plaute ici, raconte l'histoire de ce soldat émérite et de son valet, Sosie, bernés et manipulés allègrement par les dieux Jupiter et Mercure. Tous deux prendront l'apparence d'Amphitryon et de Sosie afin de permettre à Jupiter de partager la couche de la belle Alcmène la veille du retour glorieux de son mari.


Richesse visuelle

Le principe de cette nouvelle adaptation de la célèbre pièce de Molière était de monter un spectacle visuellement riche. Le pari est gagné de ce côté-là. Les costumes colorés rappellent ceux des bandes dessinées signées Uderzo et Goscinni, et le décor se compose de trois panneaux transparents qui permettent de figurer les lieux de l'action en même temps que de jouer sur les ombres et les lumières. D'autre part, la mise en scène s'est focalisée sur l'aspect fantastique de l'histoire et le rapport forcément déséquilibré entre les dieux et les humains. Ces derniers se font battre et rebattre, mais toujours à distance, une trouvaille de la troupe qui fonctionne plutôt bien. Vincent Caire (Amphitryon) en particulier se donne beaucoup de mal (au sens propre) pour figurer cette sujétion aux pouvoirs surnaturels des dieux.

Mais là où le bât blesse, c'est qu'en prenant le parti de monter un spectacle visuellement riche, la troupe laisse quelque peu le texte de côté. Trop souvent récité à toute allure, il perd de sa finesse et de sa puissance satirique, le spectateur n'ayant pas le temps de goûter certaines de ses répliques les plus savoureuses sur les thèmes du mari trompé ou de la manipulation par le langage. Par ailleurs, la mise en scène est quelque peu inégale, parfois effrénée et drolatique, d'autres fois statique et pesante, même si le rythme va crescendo.

Reste que cet Amphitryon est une pièce attachante, parce que les comédiens, Vincent Caire et Alexandre Tourneur (Sosie) en tête, essaient constamment d'inventer, ou d'innover, leur jeu ou leur gestuelle et parce que certains passages sont tout particulièrement réussis, entre autres celui où Mercure parvient en quelques phrases bien tournées et quelques coups bien portés à faire croire à Sosie qu'il n'est pas lui-même.

Morgan LE MOULLAC (Paris)

Amphitryon
de Molière
Au théâtre Ranelagh
A partir du 12 septembre, du mercredi au samedi à 19h, dimanche à 15h, relache les lundi et mardi.
Mise en scène de Tiphaine Vaur et Alexandre Tourneur
Lumière de Benjamin Boiffier
Costumes de Anne Ruault
Marionnettes de Aurélie Breteaux
Avec: Cédric Miele, Damien Coden, Vincent Caire, Tiphaine Vaur, Mathilde Puget, Auguste Bruneau et Alexandre Tourneur.

Photo DR

Partager cet article

Repost 0
Published by Morgan LE MOULLAC - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche