Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 23:34
QUAND L’OPERA SE FAIT COMIQUE

Loin du protocole empesé de l’opéra dont ils sont tous deux issus, Raphaëlle Farman et Jacques Gay livrent avec fougue et ferveur un florilège musical, véritable grand écart qui va de Verdi à Claude François. Un spectacle drôle, décalé, délirant et même pédagogique qui fait salle comble.

Tous les livrets d’opéra ou presque mettent en scène une histoire d’amour. Tantôt avec une Violetta qui tousse, tantôt avec un Papageno qui joue du pipeau pour sa Papagena. Parfois encore avec une gitane qui fait tourner en bourrique un ténor de l’arène. Ici, on a le toréador qui attend la venue d’une diva autrichienne, veuve pas très éplorée d’un colonel et de toute sa « fanfare ». La fanfare est retardée, la diva apparaît seule. Qu’à cela ne tienne : le majordome va se mettre au piano et en avant la Musique -et avec une majuscule, s’il vous plaît!- celle-là même qui adoucit les mœurs et va animer ce duo hispano-tyrolien.
Car c’est elle seule, la Musique, qui prend le spectateur au lasso et ne le lâche plus, le  synopsis ayant, quant à lui, autant d’épaisseur qu’un film de Luc Besson : rencontre, coup de foudre, amour, chamailleries, soupçons, jalousie, séparation, réconciliation, mariage, lune de miel. Une fois dévoilé ce qui n’est qu’un secret de polichinelle, voyons voir comment tout cela se met en place.



De « La Traviata » à Claude François

Ca commence par « La Traviata » et ça se termine par Claude François. Enfin presque… Delta large pour spectacle barge. Dynamitant les codes de l’opéra en prenant en sandwich les airs de bel canto entre jazz et java, musique de film et kazachok, Charles Trenet et french cancan, ce numéro de duettistes (auquel il faut ajouter l’excellente prestation d’un pianiste virtuose, Fabrice Coccitto) ne laisse pourtant jamais une impression de fourre-tout. Parfaitement rodés et rompus à l’exercice (leur fiche biographique regorge de noms tels que Barenboïm à Plasson) Raphaëlle Farman et Jacques Gay n’ont rien à prouver sur le plan vocal. C’est déjà énorme mais ce n’est pas tout…


Dans un décor aux couleurs hispaniques irradiés par des éclairages chauds, voire érotiques, notre soprano et notre baryton vont, en accessoirisant leur numéro, se lâcher comme deux taureaux dans l’arène. A coup de petits détails, une série de hoquets par-ci, un déshabillage à la Rita Hayworth par là, ou encore un disque qui s’enraye alors qu’il diffuse un langoureux slow d’été italien jusqu’à une Tour Eiffel qui clignote aussi brillamment que la vraie, sans parler des costumes bien loin des falbalas et fanfreluches corsetant les divas d’opéra, c’est un festival de pétillante drôlerie et diablement pédagogique qui s’invite dans ce quartier de la Gaîté qui n’a jamais si bien porté son nom. Olé !

Franck BORTELLE (Paris)


Les Aventures de la Diva et du Toréador
Comédie lyrique conçue, écrite et mise en scène par Raphaëlle Farman et Jacques Gay
Avec Raphaëlle Farman (Soprano), Jacques Gay (Baryton), Frabrice Coccitto (Piano)
Costumes : Monika Eder
Décors : Alexandre Heyraud
Lumières : Joffrey Kless
Régie : Benoîte Gazères
Théâtre du Petit Montparnasse, 31 rue de la Gaîté, 75014 Paris (Métro : Gaîté ou Edgar Quinet)
Réservations : 01 43 22 83 04
www.theatremontparnasse.com
Les samedi à 16h30 et dimanches à 20h30
Durée : 1h30

Photos DR


Partager cet article

Repost 0
Published by Franck BORTELLE - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche