Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 16:06
COUP DE CŒUR RUE DU THEATRE

FRACTURES HUMAINES

Adaptant deux documentaires de Raymond Depardon, Zabou Breitman met en scène et interprète ces gens au bord de la  fracture qui hantent les salles d’attente des hôpitaux et des commissariats. Un passage de l’écran aux planches parfaitement maîtrisé.

Plongée dans le noir, la salle n’est que bruits. Ou plutôt bruitages pour parler cinéma. Des onomatopées, bribes de phrases interrompues qu’on entend sans les écouter. Hurlements en tous genres : sirènes, urgentistes, malades, policiers.
Une faible bougie vient éclairer deux visages qui vont s’animer. Timidement d’abord car la voix off qui les interroge est celle d’un reporter. Matériel impressionnant mais qu’ils finiront par oublier. Confiance totale ? Incoercible besoin de confidence ? Petit à petit ils se bercent de leur propre parole et lâchent la bonde…


Raymond Depardon, plusieurs décennies avant la fureur du documentaire avec les films de Michael Moore et autres Nicolas Philibert, promenait déjà sa caméra pour capter l’indicible, voire l’invisible. Ce qui se dérobe si souvent à notre vigilance. « Fait divers » et « Urgences », deux de ses meilleurs films, plantent le décor dans les commissariats et les hôpitaux psychiatriques, là où se nouent des rapports de force qu’induisent inévitablement les gens qui s’y côtoient.

Généreux et humaniste

Le choix de ces deux films pour n’en faire qu’un spectacle est judicieux,  Police secours et l’Hôtel Dieu étant finalement deux lieux jumeaux de la détresse humaine. Car ces gens qui se sont fait voler leur livret A ou auxquels la vie a dérobé ce qui leur restait de lucidité sont bien en fin de compte de la même engeance, celle-là même qui hante ces salles des causes perdues, qu’elles soient d’un commissariat ou d’un asile.



La mise en scène tout en élégance de Zabou vise à rassembler ces populations unies dans un même marasme et à nous renvoyer le tout comme un miroir. L’élément central du décor, cube aux parois blanches évoquant une salle - d’attente ou de soins - avec porte en verre dans laquelle le public se reflète, souligne admirablement cette évidence : c’est nous que nous allons voir s’agiter et déraper durant une heure et demie. Les personnages se livrent à une chorégraphie, tantôt névrotique, tantôt assurée épousant les étranges agitations d’un cerveau plus ou moins sain. L’alternance des rôles se plie aussi à cet exercice : le malade d’une scène devient l’être sain de la scène suivante et ainsi de suite. Personne n’est à l’abri d’être un jour l’ombre de soi-même, celui qu’on ne verra plus que comme une ombre chinoise sans l’entendre et encore moins l’écouter.

Un homme et une femme occupent la scène. Ils sont policier, psychologue, retraité suicidaire, jeune femme enceinte dépressive, alcoolique, travailleur. Aucune limite d’âge ni de condition sociale pour ce genre de mal. L’homme c’est Laurent Lafitte. Il livre une très belle interprétation de ses multiples rôles. Mais il est difficile de ne pas accorder son coup de cœur à Zabou Breitman qui explose dans l’incarnation de cette douzaine de personnages. Interpréter au mot près et avec une telle évidence des personnages se livrant de manière totalement impromptue prouve sa parfaite maîtrise du jeu. La cinéaste de « Se souvenir des belles choses » et « L’Homme de sa vie », deux films d’une belle générosité prônant tolérance et respect de l’Autre, apporte avec panache une nouvelle étape à ce beau parcours qui concilie talent et humanisme.

Franck BORTELLE (Paris)

Des gens
D’après « Urgences » et « Fait divers » de Raymond Depardon
Adaptation et mise en scène : Zabou Breitman
Collaboration artistique : Marjolaine Aïzpiri
Avec Zabou Breitman et Laurent Lafitte
Espace lumière et régie : Pierre Nouvel
Théâtre du Petit Montparnasse, 31 rue de la Gaîté, 75014 Paris (Métro : Gaîté ou Edgar Quinet)
Réservations : 01 43 22 83 04
www.petitmontparnasse.com
Du mardi au samedi à 19 heures, dimanche à 15h30
Durée : 1h30

Photos DR

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck BORTELLE - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche