Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

31 mars 2006 5 31 /03 /mars /2006 01:29
LES MOTS SE FONT CORPS EN CHANTANT

Le sol est bleu. Des chaises sont éparpillées dans un océan figé. Des vêtements sont accrochés en hauteur à des rangées de cintres. Cinq corps marchent vers le public, ils lui sourient, ils commencent à danser, chanter, jouer. Les danseurs revêtent de nouveaux habits, des vêtements qui rappellent les précédents, des vêtements colorés ou des vêtements blancs pour tous. Des fragments du voyage d’Ulysse passent d’une bouche à l’autre en construisant une mélodie de sons, et les mots prennent une double signification, ce qu’ils racontent et le divertissement de la mélodie. A chaque mot correspond un geste, les corps s’éparpillent dans l’espace, se lancent dans des tourbillons composés d’actions quotidiennes et de gestes techniques, puis ils s’immobilisent comme des sculptures entourées de silence. Les corps suivent leur propre voyage, leur propre récit dansé, en rencontrant dans leurs jeux d’autres Ulysse.

A posteriori est la dernière chorégraphie de Georges Appaix. C’est une reprise de sa première chorégraphie, Antiquités. Avec une nouvelle équipe de trois danseuses et deux danseurs, et avec l’aide de la choréologue Marion Bastien, spécialisée dans la notation Laban, Appaix a repris des extraits de la chorégraphie de 1985, autour du récit épique d’Homère, et autour du récit quotidien des corps et des vies des interprètes. Dans le mythe du voyage d’Ulysse sont introduits d’autres mythes, et ces mythes introduisent encore d’autres mythes. Les danses de la première compagnie d’Antiquité sont conservées par la nouvelle équipe, mais l’interprétation est différente. Les danseurs croisent leurs corps et leurs vies, ils s’appellent de leurs vrais noms, font d’eux-mêmes un personnage. Chaque danseur se présente au public en racontant et en inventant des détails d’une ou de mille vies. Personne en scène ne peut rester seul, les interprètes cherchent continuellement dans l’espace leurs compagnons de jeux, ils créent avec les chaises des lieux enfantins du monde adulte.

Georges Appaix travaille depuis vingt ans sur la citation et l’influence d’un code artistique sur l’autre. Pour ses danses, il s’inspire aussi bien des techniques chorégraphiques que des danses de salon et du jeu dramatique. A posteriori est construit sur la retranscription du corps et de la voix en une partition musicale. Ce n’est pas l’histoire qui compte, mais l’alternance entre sentiment et théorie, discours et jeu, instinct et rationalité. Les seules musiques enregistrées sont des échos qui reprennent et poursuivent les jeux vocaux des danseurs. Ils se métamorphosent en notes musicales dans l’espace, et le temps devient ainsi relatif entre vie et souvenir, entre passé encore présent et nouveau présent en jeu.

Mattia SCARPULLA (Marseille)


A posteriori,
Par la Compagnie La Liseuse et George Appaix.
Présentée du 15 au 18 mars 2006, salle de la Cartonnerie à la Friche Belle de Mai, 41 rue Jobin, 13003 Marseille.
La création a eu lieu au Théâtre d’Arles, le 10 mars 2006, avec le soutien de la ville de Marseille, Objectif Danse et la Scène nationale du Merlan.
Tournée : 23-25 mars 2006, Théâtre de Saint Quentin en Yvelines - Scène Nationale 28 mars, Le Théâtre - Scène Nationale de Mâcon 31 mars, Forum Jacques Prévert à Carros
Informations : Marseille Objectif Danse tel : 04 95 04 96 42 e-mail : mod@marseille -objectif-danse.org Le Merlan – Scène Nationale de Marseille tel : 04 91 11 19 30 e-mail : merlan@merlan.org

Partager cet article

Repost 0
Published by Mattia SCARPULLA - dans À Paris 2006-07
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche