Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 11:22
SI ON CHANGEAIT DE RÔLES

Si les enfants prenaient la place des parents ? Si les parents prenaient la place des enfants ? Sur cette hypothèse se base le texte de Daniel Pennac. Cela aurait pu donner lieu à une confrontation savoureuse.

La troupe « Pan ! la Cie » avait présenté naguère « La Sorcière du placard à balais » d’après Pierre Gripari. Ce fut un régal de rythme, de travail corporel réglé comme un ballet, de mise en espace inventive. Elle récidive avec Daniel Pennac.

Les ingrédients sont identiques. C’est bourré d’énergie, de mouvements, de dynamique dans les gestes et les voix. C’est basé sur une transmission instantanée des rôles entre les uns et les autres à la façon d’une course relais qui aurait été conçue à la fois par un chef d’orchestre et un chorégraphe.



Mais qui est qui ?

Le hic, c’est que l’histoire raconte un transfert d’identité entre les parents et les enfants. Et à partir du moment où  les comédiens jouent dès le début à changer de rôles, lorsqu’ils endossent vraiment un rôle selon la volonté de l’auteur, il devient difficile de savoir qui est qui. Le spectacle sombre alors dans une certaine confusion avant de partir vers une fin trop convenue.

La trame est attachante, qui montre une façon de fonctionner des écoles, les relations avec la famille, les problèmes des gosses avec les adultes ayant autorité sur eux sans toujours manifester la cohérence éducative nécessaire. Comme il en va avec Crastaing, leur prof légèrement sadique, obsédé par des rédactions à propos de la famille et dont la devise est « L’imagination, ce n’est pas le mensonge ».

Le livre n’était pas (et de loin !) le meilleur de l’écrivain. Son adaptation scénique ne le sauve pas. Elle tourne court comme cette nouvelle transformée en roman. Reste la virtuosité des interprètes qui s’amusent entre eux et transmettent une bonne part de leur plaisir.

Michel VOITURIER (Belgique)

Messieurs les enfants (de 10 à 13 ans)
Texte : Daniel Pennac (Gallimard, 1999)
Adaptation : Julie Annen, Peter Palasthy
Mise en scène : Julie Annen
Distribution : Lara Hubinont, Nathalie Mellinger, Peter Palasthy, Achille Ridolfi, Anton Tarradellas
Scénographie : Ariane d’Hoop
Lumières : Marie Jacquet

Production : Pan ! la Cie
Site web : yahoo.com/panlacompagnie

Photo © SPJ Liège Pierre Exsteen







Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Europe 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche