Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 01:39
MASTER MIND SEXUEL

Très loin de ce qu’un furtif coup d’œil sur l’affiche peut laisser supposer et qui serait susceptible d’attirer des foules de voyeurs patentés, cet « acte musical » ainsi que le désigne son concepteur est avant tout une plongée dans la cérébralité de l’acte sexuel, du fantasme à l’orgasme. Un spectacle ambitieux, d’une incontestable maîtrise, tant textuelle que scénographique.

Arnaud Devolontat définit son spectacle comme « l’histoire du sacrifice d’une femme qui n’arrive plus à satisfaire son amant ». Il  met en scène Léa partant à sa découverte la plus intime au travers de sa radiographie devenue écran de cinéma. Perdue entre visuel et réalité, souvenirs et fantasmes, elle met à nu ses sentiments et sa sexualité. Elle offre à Paul, son amant, leur fantasme commun : Thomas.



C’est la voix de Léa qui se fait tout d’abord entendre. Il est question de sentiment dans un texte qui pourrait s’apparenter à une lettre de rupture. Caractère épistolaire de cette entrée en matière autant que sa mise en scène sollicitant le procédé de la voix off, accent nordique de Léa et beauté du texte : difficile de ne pas penser à la lettre que Rosalie (Romy Schneider) envoie à David (Sami Frey) pour lui parler de César (Yves Montand) dans le film de Sautet. 
Pourtant, et même si les « duos à trois » ont peuplé l’univers de bien des films (chez Bertrand Blier pour ne citer que lui), c’est rapidement à l’univers de Kubrick que finit par faire songer cet acte musical ainsi que le définit son auteur.



Au cœur du 7ème art


La cérébralité dont le metteur en scène d’ « Eyes Wide Shut » a nimbé tous ses films et que traduit métaphoriquement l’utilisation systématique du labyrinthe rejaillit ici à plus d’un titre. Arnaud Devolontat a clairement voulu plonger le spectateur dans l’univers du cinéma. « J’ai choisi d’aborder ce travail sur la scène comme si je devais réaliser un film, en imaginant l’oel d’une caméra », dit-il. 
Nous sommes en effet une heure durant, plongé dans un décor constitué de paravents peints de courbes symbolisant les circonvolutions du cerveau de Léa. Sur ce décor, une vidéo est projetée, faisant écho aux dichotomies rêve/réalité mais aussi et surtout fantasme/réalité. 
Fantasme sexuel, bien sûr.

La mise en scène obéit à  la même volonté cinématographique. La direction des comédiens est millimétrée, certains mouvements très chorégraphiés interpellent le spectateur comme le feraient des gros plans sur un écran de cinéma.

Il ressort de ce spectacle osé à plus d’un titre, une incontestable maîtrise, tant dans la mise en espace que l’interprétation. Au chant et à la danse s’ajoute une utilisation très esthétisante des lumières (encore un point commun avec Kubrick) métaphorisant les zones d’ombres de chacun. Arnaud Devolontat, sans chercher à percer un mystère, propose sa vision du désir, de l’acte sexuel et de l’orgasme. Reste ensuite à chacun d’y trouver sa part de vérité et, par là même, de répondre à la question du titre.

Franck BORTELLE (Paris)

Impudique ?
Texte, musique et mise en scène : Arnaud Devolontat
Chorégraphie : Emmanuel Le Menelec
Avec Neus Elfa Pueli, Pither Jardan, Adrian Conquet, Marie-Pierre  Nouveau
Théâtre Clavel, 3 rue Clavel, 75019 Paris (Métro : Pyrénées)
Locations : 01 42 38 22 58
Tous les jeudis, vendredis et samedi à 21h30

Photos DR

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck BORTELLE - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche