Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

21 octobre 2008 2 21 /10 /octobre /2008 14:32
UN  COUPLE DRÔLEMENT TALENTUEUX : MODE D’EMPLOI

Un homme et une femme. Avant de chanter « chabadabada » sur la plage, ils se sont rencontrés. Dans un avion, un cybercafé, une maison de retraite, au bureau, en boite, etc. Idéalisée, foirée, retardée, boboïsée, cette rencontre amoureuse est interprétée et écrite par Pascal Légitimus et Mathilda May, un couple drôlement…talentueux !

Le pari était audacieux : choisir le thème de la rencontre amoureuse et le décliner de mille et une manières, sans lasser l’attention du public. L’audace est ici récompensée car l’écriture et l’interprétation de cette incroyable galerie de personnages et de situations se révèlent particulièrement justes.

Dès les premières minutes, la pièce instaure une connivence avec son public : musique volontairement ringarde, voix-off au ton doctoral, éclairage très apocalyptique. Le spectateur est invité (de manière parodique) à une expérience ethnologique un peu spéciale : regarder ce qu’il se passe quand un homme et une femme se rencontrent pour la première fois.

Plus si affinités
ne s’interroge pas uniquement sur les lieux favorisant la rencontre (la rue, un avion, dans un cybercafé, etc.), mais surtout sur les modalités de celle-ci, ce qui en fait justement son sel : le « speed dating », « le mauvais timing », « le constat suite à un accident de voiture », etc.

Une référence télévisuelle évidente

Plus d’une quarantaine de personnages sont ici interprétés dans des situations universelles et pour le moins actuelles. Les années Inconnus et leur regard aiguisé sur notre société forment ici une référence importante (la pièce débute comme un pseudo documentaire télévisé). Le sketch de la maison de retraite ou celui de la cité fait ainsi penser à la grande époque des Inconnus (« L’Hôpital », « C’est ton destin ! »). Et s’il était prévisible que Légitimus fasse merveille dans ce tourbillon de scènes parodiques, on est ici ébloui par le jeu et la présence de Mathilda May qui se régale visiblement sur scène.

Mais Plus si affinités rend aussi hommage aux comédies romantiques de Woody Allen (l’occasion pour Mathilda May de décliner une charmante névrosée dans plusieurs sketches), célèbre la pantomime (on pense ici à la scène très réussie de l’avion où pas un seul mot ne sera échangé) mais aussi le rap ou le music-hall. Plus si affinités est surtout le mode d’emploi d’un couple drôlement talentueux.

Laetitia HEURTEAU (Paris)
Plus si affinités
Une comédie de et avec Mathilda May et Pascal Légitimus
Mise en scène et collaboration à l’écriture : Gil Galliot
Musique : Pascal Lafa
Scénographie : Serge Wehrle
Costumes : Claire Djemah
Lumières : Philippe Quillet
Assistant à la mise en scène : Laurent Courtin
Chorégraphie : Gwladys Tricket

Théâtre du Splendid
48, rue du Faubourg Saint-Martin
75010 Paris
Réservation : 01 42 08 21 93
Du mardi au samedi à 21h, matinée samedi à 17h

Partager cet article

Repost 0
Published by Laetitia HEURTEAU - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche