Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

21 octobre 2008 2 21 /10 /octobre /2008 14:51
CLOWNERIES SADO-MASO

Isabelle Wéry et Ludor Citrik mènent l’auguste et le clown blanc vers les chemins de traverses de la transgression. Leur relation de dominé à dominant, qui existait déjà à travers les numéros de cirque traditionnel, devient désormais celle d’adultes conscients de ce que sont sadisme et masochisme.

Elle est comédienne et auteure dans la réalité. Il est clown dans cette même réalité des intermittents du spectacle. Leur rencontre donne lieu à un spectacle dans lequel chacun joue son rôle. Isabelle Wéry y interprète donc son double rôle d’actrice et d’écrivaine. Ludor Citrik est cet auguste candide qui se prétend prêt à devenir autre. Tous deux commentent simultanément le travail qu’ils effectuent, les caractères qu’ils endossent le temps d’une longue entrée de clown, le temps d’une mini représentation.


Wéry fait dans l’autoritarisme, le dressage cruel, une certaine autosatisfaction. Citrik fait dans la soumission, le regimbement timide, l’étonnement ingénu, un certain masochisme. L’un comme l’autre usent des éléments classiques qui déterminent ce genre de personnages. Ils remettent en cause le maquillage, le déguisement, le ghetto des grimaces cantonnées au public enfantin, la neutralité sexuelle des duos circassiens.

Elle donne de la voix, prend des poses sexy mais autoritaires, domine dans une escalade d’exigences. Elle parie sur l’alternance entre séduction et rejet, attirance et avilissement, le tout dans une très manifeste jouissance. Lui oscille entre chien savant et chien battu, proie fascinée, insecte affolé par la présence d’un prédateur et victime dégoûtée. Toutes les nuances de la clownerie passent par son corps et sa voix tandis qu’il fait preuve d’une formidable maîtrise de l’improvisation.

C’est dense, drôle, inquiétant. C’est une remise en cause de l’univers habituel des pitreries coutumières au cirque à l’ancienne. On reste néanmoins sur sa faim car le spectacle est bref. Mais aurait-il pu allonger sa durée sans perdre de sa force ?

Michel VOITURIER (Lille)


Créé au Prato à Lille le 13 octobre 2008

En tournée : les 24 et 25 février 2009 au Sémaphore (Cébazat), le 24 mars à la Coupe d'Or (Rochefort), les 14 et 15 avril au Théâtre (Grasse)

La nudité du ragoût
Texte : Isabelle Wéry
Distribution : Ludor Citrik, Isabelle Wéry
Exhausteur de goût : Yaëlle Antoine,
Arôme artificiel : Magali Castellan

Co-production : SACD / Festival d’Avignon avec le soutien du Prato (Lille) et de l’Atelier Théâtre de la Vie à Bruxelles

Photo © Bruno Dewaele

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Région 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche