Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

21 octobre 2008 2 21 /10 /octobre /2008 14:55
EMBARQUEZ-VOUS DANS CETTE GALERE !

Les fourberies de Scapin, encore  ? Allons. Ce cher Scapin, on l’a tellement côtoyé, dans nos manuels, dans de mauvaises représentations scolaires, qu’on le connaît trop et pas assez. La Compagnie Colette Roumanoff, prend le pari risqué de jouer ce classique des classiques dans une mise en scène dynamique et modernisée, juste comme il faut.

Nous sommes en 2008 et ce soir, vous avez 12 ans. Vous entrez au Théâtre Fontaine pour voir Les fourberies de Scapin. Le parterre est jonché de joyeuses têtes blondes piaffant d'enthousiasme ; ça sent encore le nivea baby, le parfum chypré des mères et le musc ambré des pères accompagnant leurs progénitures. Tout à coup, serviteurs, amoureux impétueux et barbons récalcitrants entrent en scène. Chuut ! On se tait !

Scapin apparaît, avec sa malice en pirouette, ses mille et unes ruses en bandoulières. Culottes courtes, toiles grossières et brocarts bourgeois se disputent le XVIIè siècle. Les répliques pleuvent, dans cette langue de Molière dont on avait fini par oublier la grâce colorée. Bien sûr, il faut un temps de réadaptation pour suivre le verbe poquelinesque… Mais n’oubliez pas, ce soir, vous avez 12 ans!

Pour les distraits du cours de français ayant oublié l’intrigue, rappelez-vous… pendant l’absence de leurs pères respectifs, Léandre et Octave se sont mariés en secret chacun de leur côté, contrant ainsi les projets d’unions arrangés par Argante et Géronte. Se croyant perdus, les deux jeunes hommes font appel aux services de l’astucieux valet Scapin afin d’arranger leurs affaires, dû-t-il user de rebondissements inattendus…

Le rire des honnêtes gens


Incontestablement réussi, sont les mots qui viennent à l’esprit en sortant du Théâtre Fontaine. Pourtant, un tel exercice a une grande part de dangerosité lorsque l’on monte une pièce de Molière, par un classicisme trop excessif ou par un modernisme parfois malvenu. Colette Roumanoff a su éviter cet écueil par l’habilité de sa mise en scène.

On a eu 12 ans, ce soir ! Les barbons sont restés des barbons avec leurs costumes rigides, leurs mimiques à la De Funès. Mention au formidable jeu de scène de Patrick Rombi et de R. Chevalier (excellant dans la supplique « Que Diable est allé-t-il faire dans cette galère ? »), lutinés par ce coquin de Scapin, énergique et cabotin à souhait. On retiendra aussi la formidable scène où une Zerbinette hilare conte l’imposture faite à Géronte, face à la victime elle-même.

Vous rirez des coups de bâtons, marque o combien guignolesque du Grand Siècle, vous ricanerez sans pitié des pères avares, sentencieux et revanchards ayant oublié leurs fautes de jeunesse dans une couche lointaine. Un rire franc et salvateur sortira de vos entrailles, dénué de toute la politesse scolaire que vous deviez jadis rendre aux pires adaptations des fourberies. On vous le prédit encore, bientôt, vous aurez 12 ans…


        Marie-Pierre CREON (Paris)



Les fourberies de Scapin, au Théâtre Fontaine, 10 rue Fontaine, 75 009 Paris.
Jusqu'au 22 novembre. Tous les samedis et dimanche à 19h. Reprise du 31 janvier 2009 au 9 février. Puis le 18 /04/2009, le 09/05/2009 et le 22/05/2009. Attention, présence de groupes scolaires le dimanche !

Location : 01-48-74-74-40 de 11h à 18h.
Site : http://www.theatrefontaine.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-Pierre CREON - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Luna 20/04/2011 14:40



Une pièce qui vaut le coup d'être découverte, ce serait vraiment dommage de passer à côté :)
Je viens d'ailleurs de poster ma critique sur "Les Fourberies de Scapin" de Molière sur mon blog...

Joli article, je reviendrais ;)
Bonne continuation !!



Chronique Fraîche