Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 10:31
TERRES PROMISES CONTRE GUERRES REÇUES

Adapté des nouvelles « Retour à Haifa » de Ghassan Kanafani, ce spectacle pénètre au cœur du conflit israélo-palestinien. Il mise sur les aspects humains de la situation, quitte à frôler le mélodrame pour mieux illustrer une souffrance proche de la tragédie.


La pièce est bâtie sur un incessant va et vient des tensions : Palestiniens/Juifs, père/fils, femme/mari,  exilé/immigré, Juifs persécutés par les nazis/Palestiniens persécutés par Israël, passé/présent, nostalgie/avenir, raison/sentiment, réalité/propagande... Sans doute est-ce ce qui constitue l’efficace force dramatique de cette pièce.


Un couple arabe a été contraint d’abandonner son nourrisson à Haïfa lors des bombardements sionistes en 1948. Cet enfant, adopté par une immigrée juive polonaise, est devenu soldat israélien. Les parents, entre-temps, ont eu un autre fils qui, en grandissant, s’est senti attiré par le terrorisme. C’est dans ce contexte que, vingt ans plus tard, ils ont l’occasion de retourner sur place et de revoir leur ancienne maison. Ils constatent plus que jamais que l'affrontement idéologique a créé des mentalités irréductiblement opposées du côté palestinien comme du côté juif. D’autant que les affrontements armés ont exacerbé les positions antagonistes.

La pièce démontre que les souffrances sont de part et d'autre, que l'escalade actuelle ne parvient plus à se résoudre sans guerre bien que la guerre soit absurde, que les émigrés et les exilés sont semblables. Elle amène à relire l'histoire géopolitique pour comprendre les erreurs du passé et les errements du présent. Elle pose l'essentiel postulat qu'un humain n'est pas humain par les causes qu'il défend mais par le fait qu'il est en accord avec lui-même.

L’implacable enlisement

Le travail de la troupe a le mérite de s’engager résolument. Même s’il est devenu impossible aujourd’hui, d’une part sous peine d’être traité d’antisémite, de dire qu’il est incompréhensible qu’un peuple ayant subi un génocide se comporte en bourreau, et d’autre part, sous peine de s’entendre traité de raciste, de constater que l’islam radical est devenu une religion de la haine.  « Une erreur plus une erreur ne font pas une vérité » dit l’un des protagonistes. Voilà qui résume bien l’état actuel de cette région.

C'est monté avec conviction par cinq comédiens dans une mise en scène au décor mouvant de cellules déplaçables qui deviennent maisons, abris, chambre, ville, paysage avant de symboliser le chaos. Des éclairages subtils et variés modifient les atmosphères d'une structure narrative qui recourt au flash back et à la multiplication des lieux. C'est efficace. C'est juste, sans outrance inutile comme dans le meilleur du théâtre de Bertolt Brecht. Avec l’appoint participatif qu’à la fin le public est invité à poser ses questions à chaque personnage.

Michel VOITURIER (Bruxelles)

En l’Hôtel de Ville de Leuze-en-Hainaut, le 10 octobre 2008

Terres promises
Texte : Ghassan Kanafani (Actes Sud, 1997)
Adaptation : Hamadi
Mise en scène : Claudine Arts
Distribution : Saïd Bahaïd, Muriel Clairembourg, Monia Douieb, Philippe Dumoulin, Soufian El Boubsi
Scénographie : Samuel Dronet
Costumes : Françoise Van Thienen
Lumières : Mathieu Houart

Production : Théâtre du Public
Site web : www.theatredupublic.be

En tournée : le 17 octobre 2008 aux Halles (Schaerbeek) (00 32 (0)2 218 21 07) ; le 4 novembre au Centre culturel (Auvelais) (00 32 (0)71 26 03 64) ; le 8 novembre au Centre des Cultures du Monde (Anvers) ; le 15 novembre en l’Espace 600 Le Patio (Grenoble [F] ; les 21, 22, 24 novembre au théâtre Massenet (Lille [F]) (00 33 (0)320 04 81 65) ; du 17 au 19 mars 2009 aux Chiroux (Liège) (00 32 (0)4 22 13 76) ; le 24 au Centre culturel Les Roches (Rochefort) (00 32 (0)84 22 13 76) ; le 1 avril 2009 au Centre culturel (Fontaine l’Évêque) ; le 3 avril au Foyer culturel (Saint-Ghislain)

Photo © Véronique Vercheval

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Europe 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche